De nouveaux indices semblent indiquer la présence d’un volcan actif sur Vénus

Selon les résultats des études effectuées par une équipe de chercheurs de l’Université Space Research Association (USRA) conduite par le Dr Justin Filiberto, les coulées de lave volcaniques découvertes sur la planète Vénus pourraient ne remonter qu’à quelques années. Leurs conclusions ont été publiées dans la revue Science Advances un peu plus tôt ce mois-ci.

Les vastes coulées de lave en question ont déjà pu être observées au début des années 1990 grâce à l’imagerie radar de Magellan, la solde de la NASA. Ensuite, l’orbiteur Venus Express de l’Agence Spatiale Européenne (ASE) a permis d’y voir plus clair dans les années 2000. Enfin, ce n’est que récemment que l’âge des éruptions volcaniques sur Vénus a été connu.

Crédits Pixabay

Par la suite, les chercheurs ont déduit que Vénus serait volcaniquement active. Dans ce cas, il est important de noter que la Terre et Vénus sont les seules planètes de notre système solaire à être encore capables d’entrer en éruption, enfin, jusqu’à maintenant.

Ce que nous apprend l’étude des minéraux trouvés à la surface de Vénus

Dans le but de mieux comprendre comment les minéraux de Vénus se comportent au fil du temps, le Dr Filiberto et son équipe ont recréé en laboratoire la chaude atmosphère de Vénus. Par la suite, ils ont constaté que l’olivine réagissait très vite, en changeant de couleur.

Ce minéral, qui compose principalement le basalte, se recouvrait en effet d’oxyde de fer en quelques semaines. En analysant le changement de couleur des coulées de lave qui se trouvent à la surface de Vénus, et enregistrées lors de différentes observations de la planète, les scientifiques en ont déduit que les coulées de lave sont vraiment récentes.

Vénus disposerait ainsi de volcans actifs, selon les résultats de leurs expériences.

Vénus est particulièrement intéressante à étudier disent les chercheurs

Le Dr Justin Filiberto, chercheur de l’URSA, est également un chercheur au Lunar and Institut Planétaire (LPI). Il a souligné le fait que les missions à venir donneront plus de preuves que Vénus est active grâce aux flux et à divers changements observés à la surface de la planète.

Donc, selon les déclarations de ce dernier, Vénus ne peut être qu’idéale à visiter afin de comprendre ce qui se passe à l’intérieur des autres planètes, si celle-ci est encore vraiment active. Toujours selon le Dr Filiberto, l’étude de Vénus pourrait expliquer le refroidissement des planètes et même expliquer la raison pour laquelle Mars ne dispose pas d’un volcanisme actif, contrairement à la Terre et à Vénus.

Mots-clés vénusvolcan