De nouvelles molécules organiques découvertes à la surface de Mars par le rover de la NASA

La recherche de traces d’une ancienne vie sur la planète Mars continue pour les scientifiques de la NASA. Dernièrement, une équipe de l’agence spatiale américaine a réussi à tester un échantillon de poussière martienne. Cette poussière avait été prélevée par le rover Curiosity en mars 2017. Les chercheurs ont envoyé des commandes au rover pour que celui-ci mélange l’échantillon avec des réactifs chimiques.

Selon les informations, le mélange a libéré des molécules organiques que la NASA n’avait encore jamais détectées sur la surface de la Planète Rouge. Les deux produits les plus répandus dans le mélange ont été l’acide benzoïque et l’ammoniac, deux possibles indicateurs d’une ancienne vie. Les chercheurs indiquent qu’il s’agit d’une étape importante, même si ce n’est pas la preuve définitive qui démontre que des formes de vie à base de carbone ont autrefois vécu sur Mars.

Crédits 123RF.com

D’après Maëva Millan, chercheur postdoctoral au Goddard Spaceflight Center de la NASA et premier auteur, l’expérience a définitivement été un succès. Leur étude a été publiée dans la revue Nature Astronomy le lundi 1er novembre dernier.

À la recherche des bioindicateurs

Millan a expliqué que même s’ils n’ont pas trouvé ce qu’ils cherchaient, c’est-à-dire des signatures biologiques, ils ont pu montrer que cette technique était prometteuse.

Grâce à l’expérience, les scientifiques ont pu agrandir l’inventaire des molécules présentes dans les échantillons martiens. Ils ont aussi pu faire la démonstration d’un outil puissant qui permettra de chercher les molécules organiques polaires d’intérêt biotique ou prébiotique.

Parmi les objectifs de leurs recherches, il y a la compréhension de l’état d’habitabilité de Mars dans le passé et la détection des bioindicateurs.

Les recherches continuent

Maintenant, la prochaine étape pour l’équipe de scientifiques c’est de trouver les molécules « parents » de celles qui viennent d’être découvertes. Millan et ses collègues suggèrent que ces dernières proviennent de processus géologiques.

Auparavant, Curiosity avait déjà détecté des molécules organiques dans le sol de Mars. Une équipe internationale d’astrobiologistes avait annoncé en mars 2020 avoir découvert des thiophènes sur la Planète Rouge après l’analyse d’échantillons prélevés par le rover. Il s’agit de composés que l’on peut retrouver dans le charbon, le pétrole brut, ou encore les truffes blanches.