De toute sa carrière, Kevin Bacon n’a revisionné qu’un seul de ses films

L’acteur Kevin Bacon a récemment confié que de tous ses films, seul un l’a intéressé au point de vouloir le revisionner. Quant à savoir si, de ce fait, Tremors est le meilleur film de sa carrière, la question restera éternellement posée puisque les goûts et les couleurs, en fin de compte, n’ont de cesse d’être discutés.

Quand on écoute plusieurs acteurs, la tendance ne semble pas être au narcissisme quand il s’agit de revisiter sa carrière, notamment en revisionnant voire même en visionnant tout court les films dans lesquels on a tourné. À en croire l’entretien qu’il a accordé à Esquire, Kevin Bacon appartient définitivement à ce genre-là qui préfère regarder droit devant soi.

crédit YouTube

Il a ainsi été demandé à l’acteur s’il souhaiterait de nouveau se glisser dans la peau d’un personnage qu’il a incarné. Kevin Bacon a répondu qu’il préférait laisser le passé où il se trouve, avant de saisir dans sa poche un astérisque et de le brandir devant son interlocuteur.

Tremors : de l’horreur avec de la légèreté dont est friand Kevin Bacon

“Il y avait l’un de mes films dont je voulais revisiter le personnage. Je ne regarde pas du tout en arrière. En fait, Tremors est le seul de mes films que j’ai revu depuis sa sortie”, a reconnu Kevin Bacon.

Il n’est pas vraiment étonnant en soi de ne pas voir l’acteur de 62 ans citer des lieux communs comme Footloose ou Vendredi 13. Il se trouve que Tremors était sorti la même année, en 1990, qu’un autre long-métrage dans lequel Kevin Bacon avait donné de sa personne, L’Expérience interdite.

Dans Tremors, qui était le premier film réalisé par Ron Underwood, Kevin Bacon y campait Valentine McKee, “campagnard bricoleur” qui, avec son ami Earl Bassett (Fred Ward), allait se retrouver aux prises avec un ver des sables géant menaçant Perfection, ville modeste de l’État américain du Nevada.

Une œuvre qui a dû patienter bien après sa sortie avant d’être reconnue comme majeure dans le cinéma horrifique. Après deux suites dans lesquelles Kevin Bacon brillait par son absence, une série télévisée avait eu vu le jour en 2003, sans toutefois aller plus loin qu’une saison.

Mots-clés kevin bacontremors