JFK : une vieille théorie du complot débunkée 57 ans plus tard à Mexico

Le 22 novembre 1963, les Etats-Unis ont été secoués par l’assassinat du président John F. Kennedy. Le Chef d’Etat a été tué à bord d’une voiture décapotable, alors qu’il sillonnait les rues de Dallas, au Texas. Son assassin était un ancien marine du nom de Lee Harvey Oswald. Les conclusions de l’enquête réalisée par la commission Warren ont été mises en doute par de nombreuses personnes.

57 ans après le meurtre de JFK, les théories du complot continuent de circuler sur la toile. L’une d’entre elles suggère que Lee Harvey Oswald aurait agi sous les ordres des partisans du régime Castro. Cette théorie a été alimentée par les confidences d’un journaliste mexicain du nom d’Oscar Contreras Lartigue.

Image par aline78 de Pixabay
Image par aline78 de Pixabay

Elle est aujourd’hui remise en doute par un article publié sur le site The Conversation par le professeur Gonzalo Soltero, de l’Université Nationale Autonome du Mexique (UNAM).

Retour sur le voyage mystérieux de Lee Harvey Oswald

Un mois avant l’assassinat de JFK, Oswald a pris un bus du Texas pour se rendre à Mexico. Il est arrivé sur place le 27 septembre 1963 et y est resté jusqu’au 2 octobre 1963. Des sources présentes sur place ont indiqué qu’Oswald avait visité les ambassades de l’Union Soviétique et de Cuba pour tenter d’obtenir des visas pour ces pays qui étaient alors interdits aux Américains.

Après que les autorités locales lui aient dit que le traitement de ces documents prendrait plusieurs mois, Oswald serait entré en conflit avec le consul cubain, Emilio Azcué. Ces événements ont été documentés dans les archives de la CIA. Toutefois, tout le monde ignore ce qu’Oswald a fait durant les trois derniers jours de son séjour. Oscar Contreras Lartigue, qui était alors journaliste au sein du El Sol de Tampico, prétend avoir été en contact avec Oswlad pendant cette période.

Des révélations qui ne tiennent pas la route ?

Une théorie célèbre veut qu’Oswald ait passé ces trois derniers jours en compagnie d’un groupe de Mexicains pro-Castro de l’UNAM. Cette histoire a fait surface en mars 1967 alors que le consul Américain Benjamin Ruyle prenait un verre avec un groupe de journalistes locaux, dans lequel se trouvait Oscar Contreras Lartigue.

Ce dernier a confié à Benjamin Ruyle qu’il avait rencontré Oswald dans ce groupe en 1963. L’assassin de JFK aurait supplié les membres de ce groupe de l’aider à obtenir un visa pour Cuba. Il aurait passé deux jours avec eux avant de les retrouver à l’Ambassade de Cuba. Contreras n’en a pas dit plus par peur de subir des représailles.

D’après Gonzalo Soltero, les déclarations de Contreras ne tiennent pas la route. Après avoir étudié la biographie de Benjamin Ruyle qui est décédé en 2016, il a découvert qu’il était impossible que Contreras ait croisé le chemin d’Oswald. En effet, il aurait fui l’UNAM pour déménager à Tampico. À en croire Gonzalo Soltero, quand Oswald se trouvait à Mexico City, Contreras se trouvait à plus de 400 km de là, à Tampico.

Mots-clés debunking