Découverte de nouvelles gravures d’animaux datant du Paléolithique dans trois grottes espagnoles

Trois grottes baptisées Aitzbitarte III, Aitzbitarte IX et Aitzbitarte V ont été trouvées dans la région de Cantabrie, en Espagne, en 2015. Depuis, des examens ont été menés sur les parois de ces grottes, ce qui a conduit le Dr Diego Garate de l’Université de Cantabrie et ses collègues à faire une étonnante découverte.

Il s’est en effet avéré que ces grottes abritaient en fait des gravures d’animaux datant du Paléolithique. Parmi les dessins retrouvés, il y a des représentations d’aurochs (une espèce de bovidé aujourd’hui éteinte), mais également de chevaux, de bisons et d’oiseaux.

Crédits Pixabay

Selon les chercheurs, le style artistique de ces gravures, le style gravettien, se rapproche de celui associé aux chasseurs-cueilleurs. Autre fait remarquable, ce genre de gravures n’a jamais été observé dans le nord de la péninsule ibérique, jusqu’à maintenant.

Toutefois, on en a recensé diverses autres gravures du genre dans de nombreuses régions d’Europe. Cela en dit long sur la manière dont l’art rupestre s’est diffusé en Europe, d’après Garate et son équipe.

Un style encore jamais observé dans la région de Cantabrie

Il faut dire que ce style artistique rupestre est somme toute assez simpliste. Toutefois, les représentations découvertes dans les trois grottes espagnoles sont bien claires, selon les descriptions de Garate et ses collègues.

Par exemple, les bisons et les aurochs sont juste représentés avec des « doubles Y » en guise de paires de pattes. Quant aux cornes, nos artistes préhistoriques ont juste utilisé de simples lignes pour les dessiner.

Cette manière de dessiner est typique de l’art gravettien que les chasseurs-cueilleurs utilisaient durant le Paléolithique, selon les chercheurs. Pour autant, c’est la première fois qu’on en a découvert dans cette partie de l’Europe. Pour information, des grottes situées en France, comme celle de Gargas, de Cussac ou encore de Cosquer, abritent des représentations similaires, également réalisées par des chasseurs-cueilleurs.

Ces gravures nous montrent que l’art gravettien avait beaucoup voyagé

Selon les chercheurs, cette découverte prouve que durant le Paléolithique, la culture gravettienne avait un impact et un rayonnement plus étendus que ce que l’on croyait jusqu’à maintenant. D’ailleurs, les archéologues ne cessent de partager leur étonnement face à une trouvaille de ce genre dans la région.

Et grâce à cette découverte, les archéologues peuvent affirmer qu’il y a 25 000 ans, les populations de différentes régions européennes interagissaient beaucoup entre elles. Ce qui a fait que les différentes formes d’art préhistorique,  dont les gravures rupestres de style gravettien, se sont finalement répandues un peu partout en Europe.

Mots-clés archéologie