Découverte des empreintes fossiles de l’Isochirotherium gardettensis en Italie

Les résultats d’une étude menée par une équipe de paléontologues italiens ajoutent une nouvelle espèce à la longue liste de reptiles qui ont vécu sur Terre, à une époque très lointaine.

Le Dr Marco Romano, de l’Université de Rome « La Sapienza » (Italie), et ses compères ont en effet fait une découverte sur un site paléontologique d’Italie, un site qui se trouve dans les Alpes occidentales du nom d’Altopiano della Meja-Gardetta. Les chercheurs ont ainsi mis la main sur des empreintes d’un reptile qui a vécu il y a environ 250 millions d’années de cela, au cours du Trias précoce, et qu’ils ont baptisé Isochirotherium gardettensis.

Une empreinte fossilisée de dinosaure

Crédits Pixabay

D’après les paléontologues, cette étude nous permet de confirmer que l’extinction du Permien-Trias a épargné certains archosauriformes, des reptiles qui vivaient à de basses latitudes et qui constituaient un ordre dont fait partie l’Isochirotherium gardettensis.

Des empreintes qui en disent long sur ce spécimen

L’équipe du Dr Marco Romano a donc pu retrouver deux lots d’empreintes de l’Isochirotherium gardettensis, baptisés GT-1 et GT-2. Le lot de traces GT-1 a été découvert à 2 mètres en amont d’un ruisseau. Quant à celles faisant partie du lot GT-2, les empreintes se situaient relativement au même endroit, mais plus en contrebas.

Le lot GT-1 rassemble selon les chercheurs 4 traces bien détaillées et deux autres qui étaient plus à désirer. Ces traces ont quand même permis de conclure que le spécimen d’Isochirotherium gardettensis en question allait vers le sud-est quand il a laissé ces empreintes.

Toutes les traces, conservées dans de la moisissure naturelle, ont montré que cet animal était assez impressionnant. Les chercheurs supposent d’ailleurs que l’Isochirotherium gardettensis devait faire partie de la catégorie des grands prédateurs en son temps. D’ailleurs, c’était sûrement un érythrosuchidés, un reptile archosauriforme carnivore.

Ce reptile aurait survécu à l’extinction Permien-Trias

Selon Romano et ses compères, ces empreintes, et de par cela, l’existence même de cet animal démontrent que l’extinction du Permien-Trias a épargné divers archosauriformes qui ont vécu à de basses latitudes, contrairement à ce que l’on a toujours cru jusqu’à maintenant.

L’Isochirotherium gardettensis, se serait ainsi adapté aux conditions climatiques extrêmes que l’on pouvait trouver sur le supercontinent Pangée à l’époque, caractérisées entre autres par un niveau élevé du mercure. Mais il aura survécu à tout cela.

Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue de biologie et de médecine PeerJ.

Une reconstruction de l’Isochirotherium gardettensis. Crédits Fabio Manucci

Mots-clés paléontologie