Découverte d’un chiot de 18 000 ans en parfait état en Sibérie

Durant l’été 2018, des chasseurs russes ont découvert le corps d’un chiot de 18 000 ans, parfaitement conservé dans le pergélisol, à proximité de la rivière Indigirka, en Sibérie. D’après les scientifiques, il s’agirait du « plus vieux chien confirmé » de l’histoire.

La découverte de ce chiot a fait l’objet d’un article dans le Siberian Times, publié le 25 novembre 2019. L’étude de l’animal a été réalisée par les scientifiques Love Dalén et Dave Stanton. Ces derniers ont indiqué que les moustaches, la truffe, le pelage et les cils de l’animal sont restés intacts durant toutes ces années.

crédits Pixabay

Pour le moment, les chercheurs hésitent encore à se prononcer sur la véritable nature de cet animal. Ils se demandent encore s’il s’agit réellement d’un chiot ou d’un loup.

Une découverte qui fascine les scientifiques

Love Dalén et Dave Stanton n’ont pas caché leur fascination face à la découverte de ce chiot. « C’est assez spécial parce que quand vous le tenez, vous avez vraiment l’impression qu’il s’agit d’un animal mort très récemment. Vous y pensez et c’est un animal qui vivait avec des lions des cavernes, des mammouths et des rhinocéros laineux. C’est très impressionnant. Il a été incroyablement bien préservé, même avant qu’on le nettoie. »

Ils ont poursuivi en déclarant : « C’est un sentiment incroyable de voir, toucher et sentir l’histoire de la Terre. Imaginez un peu que ce chiot a été allongé sous terre dans la même pose et dans les mêmes conditions pendant 18 00 ans sans être dérangé du tout. »

Faites la connaissance de Dogor

Ce chiot a été baptisé « Dogor » qui signifie « Ami » en Yakoute, la langue de la République de Sakha, en Sibérie. Les scientifiques n’ont pas encore réussi à déterminer les raisons de sa mort. Ils essayent également de savoir s’il s’agit véritablement d’un chiot ou d’un loup.

A l’époque où cet animal a vécu, les chiens étaient déjà domestiqués. Les loups, quant à eux, vivaient toujours à l’état sauvage. Les scientifiques ont indiqué qu’il pourrait aussi s’agir d’une espèce à mi-chemin entre un loup et un chien.

« C’était une période intéressante où nous pensons qu’il s’est passé beaucoup de choses génétiquement avec les loups et les chiens. »

Mots-clés sibérie