Découverte d’une nouvelle espèce de mini-dinosaure carnivore en Patagonie

Selon les résultats d’une étude récemment publiée dans le Journal of South American Earth Sciences, des paléontologues ont mis la main sur une nouvelle espèce de dinosaure qui a vécu au Crétacé supérieur. Ce spécimen âgé d’environ 69 millions d’années serait apparemment l’un des représentants des plus petits dinosaures du groupe des Abelisauridae jamais découvert.

Les chercheurs ont récupéré les restes fossilisés de ce spécimen baptisé Niebla antiqua près de la colline Matadero, au sud de la ville de General Roca, en Argentine. Pour information, cette zone appartenait autrefois à la formation d’Allen située dans la partie nord de la Patagonie du Nord, une région où l’on a auparavant retrouvé d’autres fossiles de dinosaures.

Crédits Pixabay

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la région est surnommée la « Vallée des dinosaures ». En cause, les nombreux fossiles qu’on a pu découvrir là-bas. Le dernier en date étant bien évidemment celui du Niebla antiqua.

Un nouveau spécimen beaucoup plus petit que les autres Abelisauridae

Cette nouvelle espèce d’Abelisauridae (dinosaures théropodes carnivores) a été notamment examinée par Mauro Aranciaga Rolando et ses collègues du Conseil national de la recherche scientifique et technique (CONICET), un organisme argentin œuvrant pour la promotion de la science.

Les ossements récupérés comportaient entre autres des fragments de vertèbres et de côtes, une partie de la ceinture scapulaire et des fragments du crâne du spécimen. Et d’après l’analyse des paléontologues, ces restes appartiennent à un petit dinosaure théropode, de la famille des Abelisauridae.

Mais ce qui a étonné les scientifiques, c’est sa relative petite taille, en comparaison des autres genres déjà répertoriés. Ce qui leur a suggéré qu’il s’agissait d’un petit. En fait non puisque les analyses paléohistologiques effectuées ont révélé que le spécimen était somatiquement mature et qu’il devait au moins avoir 9 ans à sa mort.

L’évolution des dinosaures Abelisauridae était plus complexe que prévu

Pour la précision, les os du crâne et du cou du Niebla antiqua présentent des caractéristiques assez singulières, avec une sorte de tubercule basal sur l’axe dorsoventral et un foramen jugulaire entouré par des os pariétaux et exoccipitaux.

Cette configuration n’a jamais été retrouvée chez aucune autre espèce d’Abelisauridae. Ce qui amène les chercheurs à supposer qu’on est tombé sur l’espèce la plus dérivée du groupe. Un pas de plus pour mieux comprendre l’évolution de ce groupe de dinosaures carnassiers.

« La présence d’un Abelisauridae de petite à moyenne taille au Crétacé supérieur montre qu’il existe une plus grande diversité d’Abelisauridae dérivés en Patagonie qu’on ne le pensait auparavant », concluent les chercheurs, avec le Niebla antiqua comme nouveau membre de cette grande famille.

Mots-clés paléontologie