Découverte d’un mystérieux complexe de cathédrales médiévales au Soudan

En mai 2021, les chercheurs de l’université de Varsovie ont fait une découverte incroyable au Soudan. En effectuant des fouilles dans la capitale du royaume de Dongola, situé au nord du pays, ils ont trouvé une vaste cathédrale médiévale. La découverte de ce sanctuaire confirme selon les archéologues la conversion du royaume de Dongola au christianisme dès le VIe siècle.

Ce royaume fondé au Ve siècle était connu pour être très prospère. À l’époque, il s’est rapidement développé grâce à l’exploitation minière et au transit des caravanes qui venait sur place pour profiter de l’oasis. La cathédrale découverte récemment par les chercheurs polonais n’est pas la seule à attester de la christianisation de cette région.

Le désert du Soudan
Image par Andromachos Dimitrokallis de Pixabay

En 1960, un groupe d’archéologue avait déjà révélé l’existence d’une cathédrale dans la ville de Faras, au sud du Soudan. Le sanctuaire trouvé en mai dernier est toutefois plus grand que celui de Faras.

A lire aussi : Une ancienne amulette “magique” redécouverte après une disparition de 40 ans

De nombreuses trouvailles

Les archéologues se sont réjouis de cette découverte. L’exploration de la cathédrale a révélé de nombreux éléments qui leur permettront d’en apprendre plus sur les pratiques des communautés chrétiennes médiévales d’Afrique. Pour commencer, ils ont trouvé une tombe dans la cathédrale.

Les archéologues ne savent pas encore à qui elle appartenait. Cependant, ils pensent qu’il s’agirait de celle de l’un des premiers évêques de la cathédrale. Sur place, ils sont aussi tombés des peintures aux murs datant des Xe et XIe siècles. Ces fresques mesurent environ 3 mètres et représentent des personnes alignées. À en croire les chercheurs, il s’agit probablement d’apôtres.

A lire aussi : La drôle de découverte faite au sujet des météorites échouées sur Terre

Une cathédrale qui devait s’étendre sur trois étages

La cathédrale du royaume de Dongola fascine par sa taille. D’après l’archéologue Artur Obluski, de l’université de Varsovie, elle « devait être l’édifice le plus imposant de la ville, couvrant à l’époque 200 hectares. » Les chercheurs ont fait une reconstitution 3D du sanctuaire pour se faire une idée plus précise de ses dimensions.

Cela leur a permis de déduire qu’elle devait avoir trois étages et qu’elle portait au moins un dôme. Les archéologues pensent qu’il y a plus à découvrir au sujet de cette cathédrale.

« Il y a probablement d’autres peintures et inscriptions sous nos pieds », suggère Artur Obluski.

Pour en avoir le cœur net, ils comptent continuer leurs fouilles jusqu’en 2023.

Mots-clés archéologie