Le Deepfake Porn, bientôt un crime au Royaume-Uni ?

Le Deepfake Porn se trouverait-il à présent dans le collimateur du corps juridique britannique ? Il semblerait. Plus tôt dans la semaine, une revue soutenue par le gouvernement en place a déclaré que le partage de ces contenus devrait être considéré comme un crime.

Le deepfake n’est pas une pratique récente. Elle a vu le jour en 2016, portée par des programmes comme Adobe Voco qui permettant de réaliser des hypertrucages audio en synthétisant une voix et en utilisant ensuite une IA pour générer des discours ou des extraits audio.

Une image représentant une jeune femme la main sur la bouche
Crédits Pixabay

Le concept avait fait sensation à l’époque, et la BBC avait même mis en ligne un an plus tard un faux discours prononcé par le président Obama.

Du Deepfake au Deepfake Porn

Très vite, cependant, des petits malins ont flairé le bon coup et ont commencé à utiliser cette technique pour donner vie à un nouveau genre pornographique : le porno hypertruqué. Plusieurs vidéos très épicées ont alors vu le jour, des vidéos très réalistes et mettant en scène des personnalités comme Gal Gadot.

Le Deepfake Porn était né, et il a fait de nombreux émules. Des subreddits spécialisés ont même vu le jour sur Reddit, accompagnés de moteurs de rendus spécialement optimisés pour ces usages.

Ce qui est évidemment un problème. C’est un problème, car les technologies actuelles permettent de réaliser des vidéos plus vraies que nature, et sans grande connaissance technique. Les années passant, le procédé s’est donc très largement démocratisé et il ne vise plus uniquement des stars ou des personnalités de premier plan. Des personnes parfaitement ordinaires en ont aussi été victimes.

Une pratique qui s’est considérablement démocratisée

Le Royaume-Uni semble justement vouloir agir pour limiter autant que possible cette pratique.

Comme le rapporte Reuters, la Law Commission, un organisme juridique indépendant soutenu par le gouvernement a en effet déclaré ce matin que le Deepfake Porn devait désormais être considéré comme un crime, au même titre que le Revenge Porn et toutes les pratiques associées.

Il appelle donc à un changement de la loi votée en 2015, une loi criminalisant la publication de photos et de vidéos intimes sans consentement et dans l’intention de causer la détresse.

“Pour les victimes, avoir leurs images intimes prises ou partagées sans consentement peut être une expérience incroyablement dommageable et humiliante. Nos propositions réformeraient la loi existante et garantiraient que les victimes bénéficient de la protection dont elles ont besoin.”

Professeur Penney Lewis, commissaire au droit pénal

Une loi insuffisante et qui doit être remaniée

Après examen de la loi actuelle, la Law Commission a en effet réalisé qu’elle ne couvrait pas tous les abus et qu’elle ne prenait de ce fait pas en compte tous les cas de figure.

Ce qui n’a par ailleurs rien de surprenant. En 2015, année où est passée la loi, le deepfake n’existait pas encore.

On ignore encore si le Royaume-Uni suivra ces recommandations.

Mots-clés deepfake