Deepfake porn : on vient de franchir une nouvelle étape, et pas la meilleure

Le Deepfake Porn vient de franchir une nouvelle étape avec le lancement d’un service permettant de générer en quelques clics des vidéos très explicites… et totalement artificielles. Explications.

L’IA est désormais présente partout. Dans nos smartphones, bien sûr, mais aussi dans nos ordinateurs et même dans nos voitures. Une tendance qui devrait continuer à se développer dans les années à venir, mais qui n’a malheureusement pas que de bons côtés.

Une femme se tenant le visage dans la pénombre
Photo de Juan Pablo Serrano Arenas provenant de Pexels

Les intelligences artificielles sont en effet des outils. Et comme tous les outils, elles peuvent avoir un impact positif ou négatif.

Le deepfake porn, un problème de société

Or justement, il y a quelques années en arrière, une personne a réussi à utiliser une IA pour générer des photos très suggestives mettant en scène des personnalités en vue.

Ces photos n’avaient bien entendu rien de réel. Elles résultaient ainsi d’un montage généré par un réseau neuronal spécialisé. Par la suite, la technique a été étendue aux vidéos. Le deepfake porn était né.

Et à présent, il vient de franchir une toute nouvelle étape : celle de l’accessibilité.

A lire aussi : Le Deepfake Porn, bientôt un crime au Royaume-Uni ?

Un service facile à utiliser

Jusqu’à présent, ces techniques étaient en effet réservées aux connaisseurs, mais cela vient de changer. Comme le rapporte le MIT Review, un nouveau service vient d’être lancé, un service permettant de générer en quelques clics des vidéos suggestives à partir de photos envoyées par l’internaute.

Le fonctionnement de cet outil est d’une simplicité enfantine. En arrivant sur place, l’internaute va se retrouver face à un énorme bouton bleu, un bouton qui va leur permettre de téléverser la photo d’un visage.

Après validation, le service va analyser le portrait et l’utiliser pour générer une vidéo suggestive. Le tout sans aucun prérequis technique et sans la moindre configuration. Un simple clic suffit.

A lire aussi : Le deepfake porn, une future épidémie ?

Des répercussions qui peuvent être terribles

C’est évidemment un problème. Un gros problème, même. Dans son article, le MIT Review cite ainsi une étude menée par une société du nom de Sensity AI, une étude qui a révélé que 90 à 95 % de toutes les vidéos deepfake en ligne étaient non consensuelles… et que 90 % d’entre elles mettaient en scène une femme.

Pire encore, ces sites rencontrent un vif succès. L’un d’entre eux a ainsi généré plus de 6,7 millions de visites sur la seule période du mois d’août, ce qui prouve une fois de plus l’engouement du grand public pour ces contenus répréhensibles.

Cela étant, dans ce cas précis, le problème vient principalement de la facilité d’utilisation de ce site.

A lire aussi : Ce site peut déshabiller n’importe quelle photo avec le deepfake porn

Attention aux arnaques !

Plusieurs vidéos sont en effet proposées et il propose un éditeur complet facile à appréhender pour les internautes lambdas. Avec en prime la possibilité de choisir la nature de la vidéo, mais aussi de télécharger sa version complète pour pouvoir la partager comme il l’entend.

Si les résultats ne sont pas encore parfaits, ce service risque de donner un nouveau coup de fouet au deepfake porn, mais aussi à toutes les arnaques gravitant autour de cette pratique. Une fois la vidéo générée, rien n’empêchera ainsi son auteur de chercher à faire chanter la personne présente dessus. Avec toutes les répercussions que l’on peut imaginer.

Mots-clés deepfake