Deimos, le port aérospatial flottant signé SpaceX sera opérationnel dès l’année prochaine

En 2020, Elon Musk a fait l’acquisition de deux plateformes pétrolières sises au large du Texas dans le but d’en faire des sites de lancement flottants pour sa firme aérospatiale SpaceX. L’une de ces plateformes, baptisée Deimos, devrait être opérationnelle d’ici 2022 selon le PDG de SpaceX.

Selon Elon Musk, SpaceX utilisera Deimos pour l’envoi en orbite de sa controversée fusée Starship, toujours en pleine phase de développement. D’ailleurs, une fois la construction et les mises au point achevées, ces ports aérospatiaux seront principalement dédiés aux lancements de fusées Starship.

Photo de SpaceX. Crédits Pixabay

Mais SpaceX n’utilisera pas uniquement ces sites pour les expéditions spatiales. En effet, en construisant plus de ports de ce genre, Elon Musk prévoit de mettre un réseau de transport révolutionnaire en place sur Terre.

Le compte à rebours est lancé pour Deimos

À titre d’information, Musk a baptisé ces ports aérospatiaux flottants, Deimos et Phobos, en référence aux lunes de la planète rouge. Ces bases de lancement seront ainsi destinées à l’acheminement de personnes et de marchandises entre la Terre et Mars. Et si l’on se fie aux dires du PDG de SpaceX, Deimos sera prêt d’ici 2022.

Cela étant, comme ces sites serviront principalement aux lancements de fusées Starship, le respect de cette échéance dépendra aussi du rythme auquel la construction de ce lanceur va évoluer. Concernant justement le processus de développement de l’appareil, même si le chemin est parsemé d’embuches pour SpaceX, il faut reconnaître que les choses avancent à pas-de-géant.

En effet, après avoir réussi le premier test à haute altitude de ce prototype, SpaceX envisage d’entamer un premier essai en vol orbital. Durant cette prochaine étape, le premier étage Super Heavy se chargera de propulser la fusée Starship. En attendant, SpaceX est en train de perfectionner les moteurs Raptor de Starship.

Des sites pour effectuer des voyages ultrarapides sur Terre

Après Deimos et Phobos, Elon Musk envisage en effet de construire davantage de ports aérospatiaux du même genre. Selon le numéro un de SpaceX, les emplacements idéaux se situeraient aux alentours des « centres du monde », mais toujours au large des côtes.

La mise en place d’un réseau mondial de transport hypersonique permettrait alors d’effectuer des voyages en un temps record. Si l’on se fie aux déclarations d’Elon Musk, grâce à un tel réseau, le trajet entre Pékin et New York demandera juste une trentaine de minutes.

Mots-clés spacex