Deltacron, une nouvelle variante hybride du coronavirus

Dans de nombreux pays, les restrictions mises en place pour lutter contre la propagation de la Covid-19 commencent à être levées. De ce fait, les populations commencent à avoir l’impression qu’on arrive à la fin de la pandémie. Cependant, on n’est pas encore à l’abri face à l’apparition d’une nouvelle variante du coronavirus qui pourrait être plus dangereuse que les précédentes.

Justement, vers la mi-février, des scientifiques de l’Institut Pasteur de Paris ont signalé la présence d’une nouvelle variante qui a été dénommée Deltacron, notamment parce qu’il s’agissait d’un hybride des variantes Delta et Omicron. L’échantillon contenant le virus provenait d’un homme âgé du nord de la France et la séquence génétique différait des séquences précédentes. En effet, la majeure partie du gène ressemblait à celle de Delta, mais la partie qui code la protéine de spicule du virus était celle d’Omicron.

Coronavirus
Crédits 123RF.com

En mars, trois autres séquences génétiques hybrides ont été signalées aux Etats-Unis. En tout, 60 cas ont été enregistrés à travers la France, les Pays-Bas, le Danemark, les Etats-Unis et le Royaume-Uni. Les scientifiques ont toutefois remarqué que les séquences génétiques de Deltacron retrouvées au Royaume-Uni et aux Etats-Unis présentaient certaines différences par rapport à celles des autres pays.

Comment la variante hybride s’est-t-elle formée ?

Lorsque deux virus infectent une cellule, il n’est pas rare qu’ils se mélangent et associent des parties d’eux-mêmes. Ce processus s’appelle la « recombinaison ». Ce phénomène se produit au hasard lors de la réplication virale. Les chances d’une recombinaison augmentent lorsqu’une variante virale devient moins courante et qu’une nouvelle apparaît et devient plus dominante. Les deux variantes circulent alors librement et peuvent infecter les gens simultanément. C’est le cas des variantes Delta et Omicron.

La recombinaison crée généralement un nouveau virus qui n’est pas viable, car le mélange de différents gènes peut interférer avec la capacité du virus à fabriquer les protéines nécessaires à sa survie. Toutefois, il arrive que le virus survive, et c’est ce qui se passe avec Deltacron. D’ailleurs, les formes différentes retrouvées aux Etats-Unis et au Royaume-Uni semblent montrer que le phénomène s’est produit plusieurs fois séparément.

Une nouvelle variante à surveiller de près

Pour le moment, on ne dispose que de peu d’informations concernant la variante Deltacron. On ignore encore de quelle manière elle pourrait ressembler à ses parents, Delta et Omicron étant des virus assez différents. Néanmoins, comme Deltacron a été retrouvée dans plusieurs pays voisins, il est probable qu’elle puisse se propager.

Les scientifiques ont déjà commencé une série d’expériences pour déterminer les propriétés de cette nouvelle variante. Une surveillance génomique accrue est aussi nécessaire pour voir comment le nouveau virus évolue et se déplace.

L’avenir nous dira si Deltacron va se révéler plus redoutable que ses parents. Mais son apparition semble aussi nous mettre en garde sur le fait que d’autres variantes pourraient émerger grâce à la recombinaison. Dans tous les cas, une infection antérieure par le coronavirus ainsi que la vaccination pourront constituer une protection efficace si Deltacron commence à dominer.

SOURCE: IFLScience

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.