Des activistes et des travailleurs mènent une campagne de protestation mondiale contre Amazon !

Si la pandémie de Covid-19 a été une véritable galère pour la majorité des personnes et des entreprises du monde entier, il en est un pour qui, il faut se l’avouer, c’était du pain béni : Amazon.

En effet, si le coronavirus a fait flancher le chiffre d’affaires de beaucoup d’entreprises, amenant même à des fermetures, Amazon a quant à lui observé une montée en flèche de ses activités et de son chiffre d’affaires. Pour preuve, The Verge nous rapporte que le géant du commerce en ligne est devenu une société à un billion de dollars et que son dirigeant, Jeff Bezos, a réussi à amasser une (très) jolie fortune personnelle de 200 milliards de dollars.

Les entrepôts d'Amazon
Photo de Bryan Angelo – Unsplash

Mais si Amazon et Jeff Bezos se frottent les mains avec le sourire aux lèvres, ce n’est pas le cas de tout le monde, et sûrement pas celui des activistes et de ses employés. Oh que non.

« Make Amazon Pay »

En effet, un groupe international de salariés d’Amazon et de militants pour le climat s’est soulevé et a lancé une campagne de protestation intitulée « Make Amazon Pay ».

L’objectif de la campagne ? Exiger d’Amazon qu’il offre de meilleures conditions de travail à ses salariés, qu’il réduise son empreinte carbone d’ici 2030, qu’il arrête de travailler avec les forces de l’ordre et les autorités de l’immigration jugées racistes et qu’il paie l’intégralité des impôts dans les pays où il effectue ses plus grandes activités économiques.

La coalition a effectivement déclaré sur son site Web que « la pandémie a révélé qu’Amazon place ses profits avant les travailleurs, la société et notre planète », qu’il « prend trop et redonne trop peu ». De plus, la coalition a martelé sur son site que pendant qu’Amazon et Jeff Bezos s’enrichissent, « les employés des entrepôts d’Amazon ont risqué leur vie en tant que travailleurs essentiels et ont fait face à des menaces et des intimidations lorsqu’ils défendaient leur droit à un salaire équitable ».

Amazon ne semble nullement affecté par ce mouvement de protestation

Pour comprendre l’étendue de cette campagne, il faut savoir que la première manifestation a eu lieu à Sydney, en Australie, le vendredi 27 novembre 2020 et que le groupe prévoit encore d’en mener sur les cinq continents. Plus précisément, des grèves sont prévues avoir lieu notamment aux Philippines, au Bangladesh, en Inde, en Allemagne, en Pologne, en Espagne, au Luxembourg, en France, en Grèce, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

Certaines manifestations se font physiquement tandis que d’autres sont effectuées en ligne. Ce mouvement de protestation est d’ailleurs appuyé par plusieurs partenaires internationaux comme Amazon Workers International, 350.org, Progressive International et autres.

Mais de son côté, Amazon a simplement fait savoir via sa porte-parole Lisa Levandowski que :

Nous encourageons toute personne intéressée par les faits à comparer notre rémunération globale et nos avantages sociaux, ainsi que notre rapidité à gérer cette crise, à ceux d’autres détaillants et grands employeurs à travers le pays.

 

Mots-clés amazon