Des agents chinois auraient infiltré la marine américaine

Le jeudi 20 décembre 2018, le département américain de la justice (DOJ) a porté plainte contre deux agents chinois. Ces derniers sont accusés d’avoir piraté plusieurs systèmes informatiques américains entre 2006 et 2018 et la marine fait partie des cibles de cette attaque.

Les actes d’accusation non scellés font mention de vols de données personnelles d’au moins 100.000 marins.

Les informations volées contiendraient notamment sur des noms, des numéros de téléphone et des numéros de sécurité sociale. Plus précisément, les accusations du FBI et du ministère de la Justice portent sur Zhang Shilong et Zhu Hua, des membres présumés de Cloudhopper ou Advanced Persistent Threat 10 (APT 10), un groupe de pirates informatiques parrainé par la Chine.

Selon le DOJ, le FBI et la plupart des médias américains, en perpétrant ce vol de données, les pirates chinois avaient pour objectif de voler des projets technologiques.

Vol de propriété intellectuelle

L’acte d’accusation mentionne que les accusés ont mené plusieurs grandes campagnes de piratage dans les systèmes informatiques d’au moins une douzaine d’États, de fournisseurs de services gérés et d’agences gouvernementales américains.

Leur but aurait été de voler des informations de propriété intellectuelles, des informations commerciales ainsi que des technologies confidentielles de 45 technologies commerciales et de défense au minimum. Si cela était vrai, la Chine détiendrait actuellement une quantité incroyable d’informations détaillées sur des secrets technologiques américains.

Quid des données personnelles des 100.000 marins ?

À l’heure actuelle, le ministère de la Justice n’a pas encore dévoilé les détails de l’enquête concernant les données confidentielles usurpées par les pirates sur les marins.  On sait juste que plusieurs ordinateurs de la marine ont été piratés, quant à savoir quels services exactement ont été touchés par l’attaque, là demeure le mystère.

Interrogé par TNW, le lieutenant commandant Liza Dougherty, porte-parole de la Marine, a déclaré que la Marine veille à ce que tous les marins affectés par le piratage soient informés de l’incident. Cependant, ce porte-parole a déclaré ne pouvoir révéler aucune information pour le moment.

En attendant le fin mot de cette histoire, il serait dans l’intérêt de tous que la Chine n’ait pas utilisé ces données personnelles, confidentielles, commerciales et technologiques à mauvais escient.