Des Airbus A320 bientôt hybrides en phase de roulage

L’édition 2017 du Salon du Bourget s’est terminée après de nombreuses nouveautés. Airbus a annoncé être arrivé au terme du développement de sa solution écologique eTaxi.

Ce dispositif écologique a pour but d’utiliser l’énergie électrique lors des roulages au sol des appareils, pour limiter les émissions nocives et réaliser des économies de kérosène.

Développé en collaboration avec Safran, l’eTaxi pourrait voir le jour prochainement sur les A320 de l’avionneur européen.

De quoi réaliser des économies colossales

Après une « phase de recherche extensive », le constructeur et le spécialiste Safran vont très prochainement commercialiser leur système novateur. Une première application s’effectuera sur un modèle répandu et très utilisé chaque jour dans le monde entier, l’A320.

Ils attendent les « commentaires » des compagnies aériennes pour aboutir à des éventuels partenariats. Le système eTaxi consiste en l’implantation de moteurs électriques dans le train d’atterrissage principal qui fonctionneraient grâce à l’APU (unité de puissance auxiliaire).

Il permettrait ainsi à l’avion de rouler sans recourir à des tracteurs ou autres engins de piste, et sans utiliser ses moteurs jusqu’aux phases de décollages et d’atterrissages.

L’avion peut consommer et polluer de manière conséquente lors de ses phases de roulage répétées, d’autant plus lors des attentes parfois importantes avant de s’engager sur la piste. Il faut imaginer ces quantités multipliées par des milliers d’avions chaque jour pour réaliser l’ampleur positive du concept.

De quoi réaliser ainsi des économies très importantes et bénéfiques pour la planète… et pour les compagnies aériennes. Reste à voir le coût d’une telle installation sur une flotte complète. Étant donné que le dispositif utilise une source d’énergie déjà existante dans l’avion, son intégration ne devrait pas être trop coûteuse et sera rapidement rentabilisée.

Réduire la pollution sonore environnante

Les monocouloirs comme l’A320 effectuent de multiples trajets courts et moyens courriers chaque jour. Ce type d’avion est donc parfaitement concerné par l’eTaxi pour accroître les bénéfices. La faible efficacité des moteurs lorsqu’ils tournent à bas régime donne encore plus d’intérêt à l’eTaxi.

Airbus prévoit une réduction de 4% des coûts d’exploitation pour les compagnies aériennes. Ce qui représente plusieurs centaines de milliers de dollars par avion chaque année. De quoi donner le sourire aux spécialistes des vols commerciaux.

Autre avantage, les appareils seraient totalement indépendants au sol et le pushback (repoussage) « autonome » permettrait de gagner environ deux minutes à chaque fois. Seule question, le démarrage des moteurs ne se fera plus après le pushback mais au dernier moment avant le décollage.

De quoi laisser un peu moins de temps à ceux-ci de chauffer (entre guillemets) et de déceler des éventuels problèmes pendant le roulage. Mais nul doute que les pilotes adapteront leurs check-lists pour ne rien laisser au hasard. Ce système ne sera peut-être pas utilisable en cas de froid intense et de dégivrage nécessaire. Mais un point positif non négligeable : les réductions de bruits à venir.

De quoi rendre les abords des aéroports « presque » totalement silencieux…