Des archéologues découvrent les ruines de l’ancien royaume de Fuyu en Chine

Cette surprenante découverte va permettre de reconstituer l’histoire de l’un des plus grands anciens royaumes de la Chine. Une équipe d’archéologues de la province de Jilin, dans le nord-est de la Chine, a déniché plusieurs ruines de l’ancien royaume de Fuyu. L’information a été rendue publique par l’institut provincial de recherche sur les vestiges culturels et l’archéologie.

une ancienne ruine en chine

Le royaume de Fuyu est un vieux régime ethnique du nord-est de la Chine, du 2e siècle avant J.-C. à 494 après J.-C. Cette trouvaille a été faite sur le site de Yong’an, localisé en 2018 dans le district de Fengman de la ville de Jilin. Les fouilles ont couvert une superficie de 1 000 mètres.

Les vestiges et autres objets récoltés vont aider les archéologues à restituer le mode de vie du mystérieux peuple Fuyu.

Pour reconstituer une partie manquante de l’histoire de la Chine

Depuis sa découverte il y a trois ans, le site de Yong’an n’a jamais autant livré de secrets. Les fouilleurs sont tombés sur des briques décoratives et des tuiles. Des tessons de poterie, de même que les restes de deux maisons et d’un puits appartenant à différentes périodes, ainsi que plusieurs autres éléments architecturaux, y ont été mis au jour.

Ce sont des vestiges particulièrement rares et inédits aux yeux du groupe d’archéologiques. Grâce à ces artefacts et les outils de pointe dont ils disposent actuellement, les chercheurs vont enfin pouvoir faire la lumière sur une partie manquante de l’histoire de l’Empire du Milieu.

« La découverte du puits prouve que les anciens habitants de la région avaient l’habitude de forer et d’utiliser des puits au plus tard à l’époque du royaume de Bohai (698-926). Grâce à l’excavation du puits, les archéologues ont restauré la technologie de forage de puits de cette période historique. Le puits creusé a une profondeur de 7 mètres. »

Wang Cong, chef de l’équipe archéologique sur le site

D’autres découvertes en perspective

Pour la Chine qui a entrepris depuis quelques années une vaste opération de restaurations archéologiques, cette découverte aura un effet stimulant. Il s’agit fort probablement du début d’une série de trouvailles encore plus fascinantes.

En tout cas, les fouilles sur le site de Yong’an vont se poursuivre. D’autres vestiges capitaux sur ce site peuvent en ressortir.

Mots-clés archéologiechine