Des archéologues ont découvert un ancien mur de plusieurs kilomètres dans l’Ouest de l’Iran

Des archéologues ont fait une découverte lors de leurs recherches dans le comté de Sar Pol-e Zahab, dans la partie ouest de l’Iran. Ils ont trouvé les restes d’un ancien mur de pierre ayant à peu près la même longueur que le Mur d’Hadrien construit par les Romains en Angleterre.

Selon les informations, le mur serait assez imposant, car il s’étend sur une distance de 115 km environ.

Crédits Pixabay

Sajjad Alibaigi est doctorant au sein du département d’archéologie de l’Université de Téhéran et fait partie des chercheurs qui ont travaillé sur le projet. D’après l’article qu’il a publié dans la revue Antiquity le 12 août dernier, le mur serait constitué d’un volume de pierre estimé à un million de mètres cubes. Selon le rapport, la construction du mur a probablement nécessité des ressources importantes en main-d’œuvre ainsi qu’en temps et en matériels.

Selon les indications du chercheur, la structure s’étend du Nord vers le Sud depuis les monts Bamu jusqu’à une zone à proximité du village de Zhaw Marg.

Le mur de Gawri

L’analyse des pièces de poterie trouvées le long du mur par les chercheurs a permis sa datation. Selon les estimations, la structure aurait été construite entre le quatrième siècle et le sixième siècle de notre ère.

Alibaigi explique dans son article qu’à certains endroits le long du mur, il existe des vestiges de structures qui sont maintenant détruites, mais qui constituaient peut-être des tourelles ou des bâtiments. Selon le chercheur, le mur est fabriqué à partir de matériaux naturels locaux comme des blocs et des pavés de pierre. Du mortier de gypse a aussi survécu à certains endroits.

Bien que ce fût une nouvelle découverte pour les archéologues, Alibaigi a déclaré que les habitants de la région étaient déjà au courant de l’existence du mur. Ceux-ci l’ont appelé « mur de Gawri ». D’autre part, il semblerait que d’autres archéologues avaient déjà fait des recherches sur la structure, mais qu’aucune publication officielle n’est encore sortie à ce sujet.

Une construction mystérieuse

Jusqu’ici, les chercheurs ne savent pas exactement à quoi pouvait servir le mur. D’ailleurs, étant donné l’état actuel de la construction, ils ne sont même pas en mesure d’en donner les dimensions exactes. « On ne sait pas si c’était une structure défensive ou symbolique » a déclaré Alibaigi.

Pour le chercheur, le mur de Gawri aurait pu marquer la frontière d’un ancien empire. Il pourrait s’agir des Parthes ou des Sassanides qui ont chacun construit des châteaux, des villes ainsi que des systèmes d’irrigation dans l’ouest de l’Iran. Il pense que ces deux empires auraient pu disposer des ressources nécessaires pour la construction du mur.

En tout cas, espérons que les futures recherches qu’Alibaigi ou d’autres chercheurs entreprendront pourront nous en apprendre davantage sur le mur de Gawri.

Mots-clés archéologie