Des astronomes auraient détecté 234 signaux extraterrestres

Ermanno Borra et Eric Trottier font la une de toutes les revues spécialisées depuis quelques semaines. Cela n’a rien de surprenant, car ces deux astronomes prétendent avoir détecté par moins de 234 signaux en provenance de civilisations extra-terrestres en s’appuyant sur un modèle mathématique développé spécialement par leurs soins. Étrangement, leurs collègues se montrent assez sceptiques pour leur part.

Ermanno Borra travaille depuis plusieurs années pour l’Université Laval, au Canada. Cet enseignant respecté travaille pour le département de physique, de génie physique et d’optique.

Signaux extra-terrestre

Des astronomes pensent avoir détecté pas moins de 234 signaux extra-terrestres.

Il a également contribué au développement du télescope à miroir liquide en partenariat avec l’Université de la Colombie-Britannique et de la NASA.

Ermanno Borra pense que les extra-terrestres utilisent des lasers pour communiquer ensemble

En parallèle, Ermanno Borra s’intéresse beaucoup à ce qui se passe au-dessus de nos têtes et il travaille ainsi depuis 2012 sur une hypothèse assez étonnante. Il pense en effet que les extra-terrestres utilisent des technologies laser pour communiquer entre eux.

Eric Trottier, un de ses étudiants, a voulu creuser la question et il a donc entrepris d’analyser les enregistrements du programme Sloan Digital Sky Survey avec un algorithme de son cru.

Après avoir analysé le spectre lumineux de 2,5 milliards d’étoiles, l’algorithme en question a fini par trouver 234 signaux pulsés en provenance d’étoiles donc la couleur et la taille sont comparables à celles de notre Soleil. Le plus intéressant reste évidemment à venir, car les deux chercheurs estiment qu’il est possible que ces signaux ne soient pas naturels.

En les observant attentivement, ils ont effectivement réalisé que ses signaux s’accompagnaient d’impulsions présentant exactement la même périodicité, une périodicité située autour de 1,65 seconde.

Un problème de périodicité

Ce qui est théoriquement impossible puisque ces étoiles ne sont pas situées aux mêmes endroits. Elles se trouvent même à des distances très variables les unes des autres.

Selon Ermanno Borra, ce phénomène “est vraiment très rare”. Il ne se produit en effet que sur un petit nombre d’étoiles sur les millions de spectres analysés.

Eric Korpela, l’astronome en charge du programme Seti@home, ne partage cependant pas son excitation. Il se montre même assez critique : “Je ne suis pas convaincu qu’il y ait 234 étoiles qui transmettent des pulsations exactement à la même cadence vers la Terre”. Il pense en réalité que c’est un effet instrumental ou lié à la manière dont les données ont été traitées.

Comment s’en assurer ? Il faudra tout simplement effectuer des analyses complémentaires. Le Breaktrhough Listen devrait d’ailleurs se pencher très prochainement sur ces signaux et nous devrions donc être fixés dans quelques semaines ou, au plus tard, dans quelques mois.

En attendant, l’étude des deux chercheurs a été publiée sur Arxiv.