Des astronomes ont réussi à observer un trou noir scintillant dans notre galaxie

L’année dernière, les chercheurs ont découvert un trou noir assez particulier qu’ils ont baptisé MAXI J1820+070. Situé à seulement 10 000 années-lumière de la Terre, il est relativement petit, avec environ sept fois la masse du Soleil. À titre de comparaison, Sagitaire A*, le trou noir supermassif situé au centre de la Voie lactée, est à 4 millions de fois la masse du Soleil.

Les experts estiment la masse la plus basse d’un trou noir à environ cinq fois la masse solaire.

Trou noir moléculaire

Crédits Pixabay

Les astronomes ont également remarqué une autre particularité de MAXI J1820+070. Ils ont constaté qu’il scintille, émettant des rayons X et des rayonnements de lumière visible. Ils pensent que le scintillement vient du fait que le trou noir absorbe activement la matière provenant d’une étoile voisine.

Selon les experts, l’étoile qui est en train d’être dévorée constituait un système binaire avec le trou noir. Elle laisse un disque d’accrétion autour de ce dernier. La chaleur y serait très intense à cause des forces de friction, magnétiques et gravitationnelles.

Des centaines de soleils émis en un clin d’œil

Les chercheurs se sont basés sur les données obtenues grâce à l’instrument HiPERCAM sur le Gran Telescopio Canarias et l’observatoire NICER de la NASA sur la Station spatiale internationale. Les images ont été capturées à un rythme de plus de 300 images par seconde. Cette méthode a permis aux scientifiques d’étudier les deux différents rayonnements : la lumière optique et les rayons X.

« Le film a été réalisé à partir de données réelles, mais il a été ralenti à 1/10e de sa vitesse réelle pour permettre à l’œil humain de discerner les éruptions les plus rapides », a déclaré l’astronome John Paice, de l’Université de Southampton et du Inter-University Centre for Astronomy & Astrophysics .

« Nous pouvons voir comment la matière autour du trou noir est si brillante qu’elle éclipse l’étoile qu’elle consomme, et les scintillements les plus rapides ne durent que quelques millisecondes – c’est le résultat d’une centaine de soleils et plus qui sont émis en un clin d’œil… »

Une caractéristique commune aux trous noirs en pleine croissance ?

Par ailleurs, les astronomes ont constaté que les éclairs de lumière optique étaient précédés par des éclairs de rayons X. Le décalage était seulement d’une fraction de seconde. Ce genre de signal témoignerait de la présence de plasma près du trou noir. Il s’agit d’une matière hautement ionisée et électriquement conductrice.

Notons que c’est la troisième fois que les scientifiques découvrent ce genre de signal provenant d’un trou noir. La première fois était en 2017 et la seconde avait eu lieu l’année suivante.

« Le fait que nous le voyons maintenant dans trois systèmes renforce l’idée qu’il s’agit d’une caractéristique unificatrice de ces trous noirs en pleine croissance. Si c’est vrai, cela doit nous dire quelque chose de fondamental sur la façon dont le plasma circule autour des trous noirs », a souligné l’astronome Poshak Gandhi, de l’Université de Southampton.

Mots-clés astronomietrou noir