Des batailles entre sorciers et démons évoquées dans d’anciens textes chrétiens

Un ancien texte qui raconte une bataille entre l’évêque Basile et des sorciers dans la ville antique de Philippes en Grèce vient d’être traduit.

Ce récit fait partie de textes apocryphes qui ont été exclus de la Bible par les autorités religieuses pendant des siècles. Ils n’ont pas disparu pour autant. Certains d’entre eux relatent des faits qui semblent sortir tout droit d’un film SF.

Le cadavre encore chaud d'un démon

Photo de Arisa Chattasa – Unsplash

La traduction a été faite par Paul Dilley, un professeur d’études religieuses à l’Université de l’Iowa. Le texte a été écrit en copte il y a environ 1 500 ans. Il s’agit d’une langue égyptienne qui utilise de l’alphabet grec. L’histoire a été racontée en deux exemplaires provenant du monastère de Saint-Macaire le Grand, en Égypte.

À cette époque, la plupart des peuples méditerranéens se sont convertis au christianisme. Ainsi, il y avait eu une tendance à qualifier les polythéistes de « mages » ou de « sorciers » représentant un danger pour la communauté chrétienne.

Le combat a lieu lors de la construction d’une église dédiée à Marie

C’est l’histoire d’une bataille engagée lors de la construction d’une église en l’honneur de Marie, dans l’ancienne ville de Philippes. Selon les textes, la Dame est apparue en rêve à l’évêque Basile (329-379 apr. J.-C.). Elle lui a ordonné de récupérer des colonnes recouvertes d’images démoniaques dans un temple et de les placer dans son église.

Les sorciers ont alors utilisé de la magie pour empêcher Basile et son groupe de prendre les colonnes. Cependant, ils ont été avalés par la terre.

À présent, les deux exemplaires de ce texte se trouvent à la Bibliothèque apostolique du Vatican et à la bibliothèque de l’Université de Leipzig.

« J’ai pris un bâton sur un signe de croix et l’ai placé sur les colonnes. Un grand bruit s’est, ensuite, fait entendre sous les colonnes. Soudain, les colonnes ont sauté à leur base et ont roulé jusqu’à la place des stades de la ville », a écrit Basile.

À lire aussi : Voici à quoi aurait ressemblé Jésus

Plus de 300 textes non intégrés dans la Bible

Les textes apocryphes ont longtemps été considérés comme non authentiques. Ils ont fait l’objet de nombreux débats entre les anciens chrétiens. Ensuite, les écrits jugés exacts ont été canonisés par l’Église catholique à la fin du quatrième siècle. C’est ainsi que les textes relatant la vie de Jésus de Nazareth ont été inclus dans la Bible.

« Il existe plus de 300 textes apocryphes non intégrés qui faisaient partie de la vie spirituelle des chrétiens. Le contenu de ces écrits a été dénigré par l’Église, mais les appels à éviter et même à détruire cette littérature n’étaient pas efficaces », a écrit Tony Burke, professeur de christianisme primitif à l’Université York de Toronto.

À lire aussi : On a peut-être trouvé l’endroit où Jésus est censé avoir marché sur l’eau