Des batteries rechargeables à base de déchets alimentaires

Quoi faire des tonnes de déchets alimentaires que nous produisons chaque journée sur la planète ? Cette question pourrait bientôt trouver une réponse adéquate. Selon les informations recueillies par Techxplore, deux chercheurs de la Virginia Tech travaillent actuellement sur un projet innovant. Celui-ci projette de convertir les déchets alimentaires en batteries rechargeables.

Recherches scientifiques

Une recherche financée par le gouvernement américain

Le projet bénéficie, de la part du ministère américain de l’Agriculture, d’un financement à hauteur de 450 000 dollars. Celui-ci est prévu dans le cadre du programme de sciences fondamentales et appliquées du ministère et sera valable jusqu’en avril 2023.

Les deux chercheurs travaillant sur le projet portent le nom de Haibo Huang et Feng Lin. Avant de se lancer dans cette aventure, ils ont effectué un travail préliminaire. Sur la base des résultats obtenus, ils sont venus à la conclusion suivante. Les composants fibreux des déchets alimentaires peuvent être utilisés pour concevoir des matériaux avancés en carbone. Or, le carbone est un matériau utilisé généralement pour la fabrication de bornes de batteries.

Le recours à des matériaux carbonés provenant de déchets pour la conception d’anodes métalliques sera une véritable avancée. Il réduira considérablement l’utilisation de métaux alcalins pour la fabrication des batteries. Ce qui, selon le professeur Haibo Huang, permettra de résoudre les problèmes d’énergie durable inhérents aux batteries rechargeables.

Pour lui, ce projet est la bienvenue. Ceci en raison de la demande croissante en piles réutilisables à laquelle font face les fabricants. Il faut donc trouver une solution permettant de satisfaire ce besoin tout en limitant l’impact environnemental des piles.  

Les origines de ce projet révolutionnaire

L’idée de transformer les déchets alimentaires en batterie rechargeable est venue à nos deux chercheurs pendant leur moment de loisir. En effet, c’est au cours d’une partie de basket que Huang et Lin décidèrent de faire quelque chose des déchets. Au lieu de les laisser simplement à la poubelle, il devait avoir une solution plus intéressante.

Pourquoi ne pas les transformer en piles simplement ? Le graphite n’est-il pas utilisé pour fabriquer les anodes de batteries ? En tant qu’ingénieur en transformation alimentaire, Huang était persuadé qu’il pourrait modifier la composition des aliments.

Après plusieurs essais, ils ont vu qu’en retirant certains composés, les déchets alimentaires pouvaient faire fonctionner une batterie. Il s’agit notamment de corps comme les hémicelluloses ou la lignine, deux composés essentiels de la cellulose.

Un projet qui devra s’étendre sur trois années

Il faut dire que les piles rechargeables à base de rejets alimentaires ne seront pas pour tout de suite. Pendant les deux prochaines années, les chercheurs effectueront plusieurs tests sur des déchets transformés en carbone. L’idée est de perfectionner le produit avant de le soumettre au marché.

Une étude économique de faisabilité constituera l’étape finale du projet. Elle aura pour but de déterminer l’utilisation qui sera faite de la technologie une fois qu’elle sera mise sur le marché. Les premières utilisations sont prévues dans à peu près deux ans. Elles serviront prioritairement de solution de stockage d’énergie pour les centres de données et les grandes installations.

Rendez-vous dans trois ans, pour voir si oui ou non, nos piles seront à base d’épluchures de pommes ou de céréales usagées.