Des chercheurs aimeraient développer un médicament qui permet de dormir moins, mais rester performant

On a déjà tous déjà expérimenté les conséquences désagréables du manque de sommeil : on est très fatigué, moins concentré, on devient moins performant au travail, à l’école… Et si la science parvenait à créer un remède pour « contrer » cette réaction naturelle et nous permettre de toujours rester frais et reposé malgré seulement quatre ou six heures de sommeil ?

Des chercheurs américains sont en tout cas très intéressés par l’idée, après avoir étudié l’étrange cas d’un père et son fils qui sont capables de garder toutes leurs facultés physiques et cérébrales, alors qu’ils ne dorment que 4 à 5 heures au quotidien.

Les recherches suggèrent que cette capacité rare serait liée à une mutation génétique que les chercheurs ont reproduite chez des souris. Selon une étude publiée dans la revue Science Translational Medicine, les souris auraient développé les mêmes facultés : elles ont été capables de dormir très peu sans que cela n’ait de répercussions sur leur santé.

Une idée qui séduit beaucoup les chercheurs

Si cette mutation génétique est bien ce qui pourrait nous permettre de nous passer de sommeil, les chercheurs se demandent s’il serait possible de l’utiliser pour élaborer un médicament qui permettrait de moins dormir, mais tout en restant actif, concentré, et surtout performant.

« Je trouve le concept d’un produit génique susceptible de fournir une protection contre les troubles concomitants de la perte de sommeil limitée », a confié Patrick Fuller, professeur agrégé de neurologie à la Harvard Medical School et au centre médical Beth Israel Deaconess de Boston. « Si cela est vrai, cela aurait en effet des ‘implications thérapeutiques potentielles’ et constituerait un autre point de départ pour explorer et répondre à la question ‘Pourquoi dormons-nous ?’ qui reste [un] des plus grands mystères de la neuroscience. »

Mieux comprendre le mécanisme du sommeil

Si l’idée d’un tel médicament est très séduisante, son élaboration reste pour le moment utopique. Actuellement, les chercheurs tentent surtout de mieux comprendre le mécanisme d’un sommeil sain dans l’espoir de pouvoir aider à prévenir des maladies graves telles que le cancer et l’Alzheimer. C’est notamment le cas de Ying-Hui Fu, professeur de neurologie à l’Université de Californie à San Francisco qui a étudié le cas du père et du fils cité plus tôt.

« Ces personnes dorment plus efficacement. Quelle que soit la fonction que le sommeil fait pour nous, il nous faut huit [heures pour nous sentir reposé], mais cela leur prend six ou quatre heures. Si nous pouvons comprendre pourquoi ils sont plus efficaces, nous pouvons utiliser ces connaissances pour aider tout le monde à se sentir mieux. »

Ainsi, les recherches continuent pour essayer d’en savoir plus sur cette fameuse mutation génétique et les possibilités futures qu’elle pourrait offrir pour notre santé.

Mots-clés santé