Des chercheurs découvrent les mécanismes régissant les superamas de galaxies

Une équipe de scientifiques a mis au point un moyen permettant de simuler l’environnement des agglomérations de galaxies afin de mieux les comprendre.

Concrètement, ces astronomes se sont servis d’un laser et de brins de plastiques pour modéliser les électrons présents dans le plasma des superamas. À terme, l’expérience a donné des précisions sur la source de la chaleur de ces tas d’astres, de même que sur le mode de propagation de l’énergie au sein de ces agglomérations.

Parmi les astrophysiciens ayant pris part à la recherche figure Gianluca Gregori, professeur de physique à l’Université d’Oxford. Par ailleurs, l’université de Rochester et l’université de Chicago ont aussi été de la partie.

Des lasers pour mieux comprendre les superamas de galaxies

Afin de recréer l’environnement d’existence des tas de galaxies, des astronomes se sont servis de laser pour simuler des lignes de champs et disperser de minuscules brins.

Un superamas de galaxies

Ensuite, les chercheurs ont noté que les électrons présents dans le rayon d’énergie n’entrent en contact que certaines fois. Ils préfèrent plutôt suivre la direction des lignes de champs émises antérieurement. Cette action élimine la propagation et la dissipation de la chaleur, ce qui donne lieu à des cocons d’énergie très chauds et incapables d’évacuer la chaleur. Ce phénomène est suivi d’une élévation considérable de la température du cœur des agrégats de nébuleuses.

« Cette expérimentation est un tremplin important visant à mieux cerner les phénomènes intervenant au sein des amas d’astres. Les conclusions des expériences sont extraordinaires du fait qu’elles prouvent que l’énergie est transmise d’une façon autre que celle émise dans les hypothèses antérieures. »

Gianluca Gregori, professeur de physique à l’Université d’Oxford

Des questions de longue date enfin résolues ?

Grâce aux simulations, les astronomes ont pu répondre à un nombre non négligeable de vieilles questions concernant les superamas de galaxies.

« Cette expérimentation aide à résoudre de vieilles préoccupations telles que la cause de la forte température des agrégats de galaxies, en dépit de l’énorme énergie qu’ils rejettent. La considération de cette quantité d’énergie nous a aidés à cerner l’évolution des tas de nébuleuses. »

Petros Tzeferacos, professeur agrégé de physique et d’astronomie

SOURCE : techexplorist

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.