Des chercheurs défient le cancer avec la méthode du NeoScreen

La lutte contre le cancer représente une des préoccupations majeures de la médecine moderne. Récemment, des chercheurs de l’institut Ludwig ont mis au point une méthode efficace pour générer des cellules immunitaires pour les thérapies anticancéreuses. Cette technique se focalise principalement sur l’identification de néoantigènes propres au cancer, puis sur la destruction des tumeurs exprimées.

Des cellules immunitaires entrain de combattre un cancer

La mise au point de cette démarche représente l’œuvre d’une équipe de chercheurs de l’institut Ludwig dirigée par le chercheur Alexandre Harari et M. George Coukos. Baptisée NeoScreen, l’approche mise au point par les scientifiques est particulièrement prometteuse pour le développement d‘immunothérapies personnalisées contre le cancer.

La méthode du NeoScreen fait déjà parler d’elle. Par ailleurs, un article la décrivant et illustrant son utilité ainsi que son efficacité dans une étude préclinique a été publiée dans le numéro actuel de Nature Biotechnology.

Serait-ce bientôt la fin du cancer dans le monde ?

Alexandre Harari a affirmé que l’invention du NeoScreen leur provient d’un désir ardent d’identifier efficacement les néoantigènes exprimés de façon unique chez chaque patient. Une fois cette étape passée, la solution apportée devrait permettre d’isoler ces néoantigènes et de développer des cellules immunitaires T ou TIL pour détruire les tumeurs. Selon l’équipe, la méthode du NeoScreen répond à tous ces critères.

Qui plus est, le NeoScreen permet d’identifier les récepteurs utilisés par les cellules T pour reconnaître les néoantigènes. Avec cette précieuse information, une immunité totale peut être créée chez le patient en équipant ces autres cellules T de la même artillerie. Il s’agit là d’un grand pas vers la mise au point de l’immunothérapie personnalisée. En guise de test, la méthode du NeoScreen a été appliquée sur quelques patients.

« NeoScreen a permis l’expansion sélective de TILs ciblant les néoantigènes contre le mélanome ainsi que les cancers du colon, du poumon et de l’ovaire. »

George Coukos, Directeur de la branche lausannoise de l’Institut Ludwig pour la recherche sur le cancer

L’efficacité du NeoScreen n’est plus à démontrer

Hormis toutes les astuces ingénieuses utilisées pour mettre au point le NeoScreen, d’autres nombreux atouts font de cette méthode une révolution médicale. Les chercheurs de Ludwig ont également testé l’efficacité du NeoScreen dans la thérapie cellulaire T adoptive. Il s’agit d’une thérapie où des cellules T sont prélevées sur un patient. Par la suite, elles sont isolées, expansées de façon sélective et réinjectées au patient.

Après leurs tests, les chercheurs ont montré que les cellules T modifiées pour exprimer les TCR identifiés par la méthode identifiaient les néoantigènes des tumeurs. Ces cellules pouvaient donc, de façon analogue au procédé du NeoScreen, entraîner la régression de ces tumeurs.

« NeoScreen pourrait également être utilisé pour identifier des néoantigènes pour la conception de vaccins anticancéreux personnalisés pour la thérapie […] Nous allons tester cette application et d’autres applications de NeoScreen pour l’immunothérapie du cancer à Ludwig Lausanne. »

George Coukos, Directeur de la branche lausannoise de l’Institut Ludwig pour la recherche sur le cancer

Mots-clés cancerimmunité