Des chercheurs ont créé des ondes sifflantes en laboratoire

Les scientifiques ont détecté il y a plus d’un siècle l’existence d’une onde qui entoure notre planète et qui produit un son sifflant lorsqu’elle est captée par un récepteur radio. Ils appellent cette onde, un siffleur ou whistler en anglais. Récemment, des chercheurs ont réussi à reproduire ces ondes dans un laboratoire.

Le 14 août 2018, des scientifiques de l’université de Californie, située à Los Angeles, ont déclaré qu’ils ont pu créer des siffleurs dans un plasma, un état de la matière gazeuse très électriquement actif et difficile à contrôler, dans leur laboratoire. Les experts ont pu ainsi étudier différents comportements de ces ondes.

Sauver Terre

En général, les siffleurs sont produits par des coups de foudre et ils suivent généralement les lignes de champ magnétique de la Terre.

Une étude à petite échelle

Auparavant, les scientifiques étudiaient les siffleurs à partir des données fournies par les récepteurs radio répartis sur la planète. Cependant, les informations recueillies étaient incomplètes du fait que les récepteurs étaient très éloignés les uns des autres. De ce fait, les chercheurs n’ont pu connaître que la forme des ondes et l’influence qu’avaient certains types de champs magnétiques sur l’atmosphère.

Plus récemment, les chercheurs de l’université de Californie ont mené une expérience à plus petite échelle en laboratoire. Ils ont ainsi pu contrôler les lignes de champs magnétiques du plasma et les ondes sifflantes qu’ils ont créées à partir d’un appareil magnétique.

Plusieurs théories rectifiées

Reiner Steinzel, professeur à l’UCLA et coauteur de l’étude, a déclaré que l’expérience a révélé certaines propriétés des ondes sifflantes. Les chercheurs ont pu étudier la continuité des ondes, leur croissance ainsi que leur décroissance avec des détails surprenants.

Les scientifiques ont également démontré que, contrairement aux théories des physiciens, ces ondes ne réfléchissaient pas à l’intérieur des champs magnétiques. De plus, au lieu de rebondir sur des obstacles magnétiques, elles continuaient de suivre les lignes de champs magnétiques. Ce qui signifie que les siffleurs n’étaient pas influencés par des sources extérieures d’énergie magnétique.

Cette étude aura permis aux chercheurs d’avancer d’un grand pas dans l’étude des siffleurs, ce qui s’avère prometteur pour l’avenir puisque, en 2014, des chercheurs italiens ont songé à utiliser les ondes sifflantes pour booster le propulseur à plasma d’un vaisseau spatial.