Des chercheurs ont découvert une nouvelle espèce de ver mangeur d’os lors d’une expérience avec des cadavres d’alligators

Les profondeurs des océans recèlent encore de nombreux mystères non résolus. Ces zones étant particulièrement froides et loin de la lumière du soleil, les ressources en nourriture sont assez limitées. Ainsi, les espèces qui y vivent ne sont pas difficiles en termes de régime alimentaire.

Dans le cadre d’une étude publiée dans la revue Plos One le 20 décembre dernier, des chercheurs ont essayé de comprendre le cycle alimentaire des animaux des fonds marins du Golfe du Mexique.

Crédits Pixabay

Pour ce faire, ils ont attaché trois alligators morts avec des harnais et les ont ensuite déposés tout au fond de l’océan, à environ 2 kilomètres de profondeur.

Les résultats de cette expérience se sont avérés très intéressants puisque les trois cadavres ont été consommés de manières distinctes, et par des espèces différentes.

Le fond marin, un environnement hostile

Selon Clifton Nunnally, co-auteur de l’étude et travaillant au Louisiana Universities Marine Consortium, les fonds marins constituent un désert alimentaire, parsemé d’oasis de nourriture. « Certaines de ces oasis sont des évents au fond de l’océan par où des produits chimiques sortent ou des aliments qui tombent de la surface » a-t-il ajouté.

Les grands mammifères tels que les baleines font partie de ces sources de nourriture qui tombent de la surface et nourrissent beaucoup d’espèces habitant l’océan profond.

En ce qui concerne les alligators d’eau douce, il est possible que pendant les ouragans ou d’autres phénomènes météorologiques, certains individus morts soient projetés dans les océans. On ignore cependant ce que ces cadavres deviennent une fois arrivés dans les profondeurs, et si les organismes vivants dans ces habitats arrivent ou non à percer et à pénétrer leur peau épaisse pour pouvoir manger leur chair.

Que sont devenus les trois alligators ?

Les scientifiques ont envoyé un robot muni d’une caméra dans les profondeurs pour filmer le devenir des trois cadavres d’alligator. Apparemment,  les trois corps ont fini différemment.

Selon le rapport, lorsque le robot est arrivé sur les lieux, le premier cadavre était en train d’être consommé par des isopodes connus sous le nom scientifique Bathynomus giganteus. Certains de ces crustacés ont même commencé à manger le reptile de l’intérieur.

Pour le deuxième alligator, les résultats se sont avérés encore plus intéressants puisque le cadavre a été totalement nettoyé, au moment où les scientifiques l’ont réexaminé 51 jours après son déploiement. Ils ont découvert que les os  étaient enveloppés  d’un mystérieux « duvet brun ». Après les analyses génétiques, ils ont trouvé que l’espèce qui mangeait les os de l’alligator était en fait une nouvelle espèce de ver appartenant au genre Osedax. D’après les chercheurs, ce serait la première fois que l’on détecte la présence d’une espèce appartenant à ce genre dans le Golfe du Mexique.

Quant au dernier alligator, il semblerait qu’il ait tout simplement disparu de son harnais et que les chercheurs n’ont pas pu identifier la créature qui l’a emporté. Ils supposent toutefois qu’il s’agit d’un gros prédateur comme un requin par exemple.

Cette étude a ainsi montré que beaucoup d’espèces des fonds marins peuvent consommer de la viande et même des os de reptile. La nourriture étant rare, les habitants des profondeurs n’hésitent pas à manger ce qu’ils peuvent trouver.

Mots-clés animauxfond marin