Des chercheurs ont démêlé le mécanisme de la perception visuelle

Une équipe de scientifiques a enfin élucidé le processus de formation des cartes visuelles dans le cerveau. Il s’agit de l’équipe de l’Institut des neurosciences cellulaires et intégratives dirigée par Michael Reber. Elle a disposé de l’appui du département des mathématiques de l’université de Cambridge. Le département de la neurobiologie moléculaire du Salk Institute de San Diego a également apporté sa contribution.

Derrière la perception visuelle, il existe un système complexe de traitement des informations et d’organisation de connexions nerveuses. L’équipe de Michael Reber a identifié et modélisé le mécanisme à partir d’un algorithme mathématique. Ces travaux ont été publiés dans la revue eLife le 14 mars.

Perception visuelle

Ces résultats scientifiques pourront contribuer à l’avancement des recherches sur la formation des connexions nerveuses sensorielles.

Caractérisation de mécanismes complexes

La perception visuelle est la résultante d’un processus complexe. Brièvement, les données sont transférées au cerveau par des cellules de la rétine. Ce type de cellules est appelé cellules ganglionnaires. Le canal de transfert est le nerf optique.

La connexion de ces cellules au cerveau suit un motif précis. Ce dernier est connu sous le nom de cartes rétinotopiques.

Les cartes rétinotopiques sont indispensables au traitement des données visuelles. Un seul défaut d’alignement pourrait provoquer des conséquences délétères. Ainsi, les chercheurs ont réussi à identifier leur mécanisme de formation et d’alignement au sein du colliculus supérieur.

Ce dernier est une structure du cerveau qui a pour fonction de contrôler l’attention visuelle.

De nouvelles perspectives de recherche

D’une manière plus précise, le transfert au cerveau se fait par la perturbation de la signalisation des éphrines-A. Il s’agit d’une famille de molécules membranaires contenues dans la rétine. Les chercheurs ont démontré qu’elles sont émises au colliculus supérieur à travers les projections rétiniennes.

Ce mécanisme permet le contrôle de la relation géométrique visuelle entre la rétine et le cortex visuel. Cet alignement rétinotopique est essentiel à l’efficacité de l’attention visuelle. Par ailleurs, l’algorithme mathématique qui été élaboré permettra la prédiction des cartes rétinoptiques dans le colliculus supérieur. Cela pourrait créer à terme de nouvelles perspectives de recherche.

Il est à ne pas douter que cette avancée ne profitera pas qu’à la médecine…