Des chercheurs ont mis au point un drone-oiseau

Des ingénieurs se sont inspirés de la structure morphologique de l’oiseau pour fabriquer un drone. En 1490, Leonard de Vinci avait dessiné un croquis d’objet volant dans un de ses carnets en se référant à l’animal. C’était la Vis aérienne, un aéronef à hélice à vol vertical. Il s’agissait du précurseur de l’hélicoptère moderne.

Généralement, les mécanismes des drones sont plus ou moins similaires à ceux des avions ou à ceux des hélicoptères. Cela pose toutefois des problèmes par rapport à la capacité d’adaptation de l’appareil. Des chercheurs travaillant au sein d’un laboratoire suisse ont alors repensé à l’oiseau. Cet animal a acquis de fantastiques facultés dans le milieu aérien.

Drone oiseau

L’oiseau est toujours le maître des airs.

Ces travaux devraient notamment intéresser les industries aéronautiques. En fait, celles-ci n’ont jamais cessé de souhaiter améliorer leurs technologies.

L’oiseau comme référence

Le mérite de l’invention revient aux chercheurs de l’EPFL (École Polytechnique Fédérale de Lausanne), en Suisse. Afin de résoudre les problèmes de maniabilité des appareils aéronautiques, ils misent sur le biomimétisme.

Il se pourrait bien que l’oiseau soit la meilleure référence à choisir pour ce domaine.

La plus grande faculté de l’oiseau réside surtout dans sa capacité à modeler totalement ses ailes. Cette transformation se fait en fonction du vent et du mouvement désiré. Il peut en configurer la taille ou la forme. Cela lui confère de formidables techniques de vol et lui permet de résister aux turbulences. Il peut, par exemple, braquer, virer serré, monter et descendre d’altitude à sa guise.

Le drone-oiseau

Le principal défi pour les ingénieurs sur ce projet est de trouver la bonne équation entre le poids de la machine et son efficacité aérodynamique. Il faut souligner également la complexité des mécanismes de transformation cités précédemment.

Pour atteindre leurs objectifs, ils ont eu recours à des matériaux très légers et fins comme de la fibre de verre, du tissu en nylon et des fibres de carbone.

Tel un oiseau, ce drone peut s’adapter à différentes conditions aéronautiques. Il est surtout propice au vol à basse altitude, en milieu urbain ou dans un environnement où le vent est imprévisible.

Serait-ce la prochaine référence en la matière ? C’est encore trop tôt pour le savoir, mais il faut avouer que ce drone ne manque pas d’attrait malgré son aspect assez sommaire.

Mots-clés insolite