Des chercheurs pensent avoir percé le mystère de nos rêves

Le monde des rêves est à la fois fascinant et intrigant. D’aussi loin qu’on puisse s’en souvenir, l’Homme a toujours tenté de percer le mystère de nos songes. Les anciennes civilisations ont donné aux rêves une dimension surnaturelle ou spirituelle. Dans le monde moderne, les scientifiques les associent plutôt aux expériences que nous vivons lorsque nous sommes éveillés.

Dans une étude publiée le 26 août 2020 dans la revue Royal Society Open Science, des chercheurs dirigés par l’informaticien Alessandro Fogli, de l’université Roma Tre, en Italie, affirment avoir trouvé une explication à nos rêves. D’après eux, ils ne seraient en fait que la prolongation de la réalité.

Crédits Pixabay

Cette étude a été réalisée grâce à l’analyse de 24 000 rapports de rêves provenant de la base de données open source DreamBank.

Une étude inspirée par le système Hall and Van de Castle

Par le passé, des scientifiques ont établi de nombreux modèles d’interprétation des rêves. Le système Hall and Van de Castle est le plus connus d’entre eux. Celui-ci se base sur une codification des rêves en prenant en compte les personnages qui y apparaissent, leurs interactions ainsi que les effets de ces interactions sur les personnages en question.

Pour analyser les 24 000 rapports de rêves à leur disposition, les chercheurs ont développé un algorithme qui simplifie le système Hall and Van de Castle. Cet algorithme se concentre uniquement sur les personnages, les interactions sociales et les émotions répertoriées dans les rapports de rêves. Pour les chercheurs, « ces trois dimensions sont considérées comme les plus importantes pour aider à l’interprétation des rêves, car elles définissent l’épine dorsale de l’intrigue d’un rêve : qui était présent, quelles actions ont été réalisées et quelles émotions ont été exprimées. »

À lire aussi : Les chercheurs du MIT s’intéressent à nos rêves

Des résultats qui confirment l’hypothèse de continuité des rêves

Comme l’explique Alessandro Fogli, « la recherche a, à plusieurs reprises, apporté un solide soutien à ce que les scientifiques du sommeil appellent l’hypothèse de continuité des rêves : la plupart des rêves sont une continuation de ce qui se passe dans la vie quotidienne. » Les résultats des analyses réalisés par son équipe ont permis de confirmer cette hypothèse.

Selon eux, ils ont pu détecter la présence de « marqueurs statistiques » qui marquent la continuité entre la réalité et les rêves.

« Nous avons constaté que la plupart des rapports sur les rêves étaient en fait une continuation de ce que nos rêveurs étaient susceptibles de vivre dans la vie réelle. »

Ils ont conclu que « la vie quotidienne impact sur les rêves et vice versa. »

Mots-clés psychologie