Des crânes de 8 000 ans ont été découverts dans une mystérieuse tombe sous-marine

Dans le cadre d’un projet de construction d’un nouveau chemin de fer et d’un pont sur le site archéologique de Kanaljorden, située dans le centre-est de la Suède, des archéologues ont été appelés à fouiller les lieux. Ils devaient trouver les derniers artefacts du site. À leur grande surprise, ils ont découvert une tombe très étrange dans laquelle il y avait des crânes humains et des ossements d’animaux. Ils ont alors fouillé le site de 2009 à 2013.

Les chercheurs ont trouvé les restes d’au moins onze adultes au sommet de la tombe, dont trois auraient été des femmes. Un des faits les plus marquants est qu’un seul (celui d’un nourrisson) des crânes n’est pas dépourvu d’os au niveau de la mâchoire. D’ailleurs, sept adultes présentaient des signes de traumatismes provoqués par un objet contondant.

Crâne

La trouvaille, encore entourée par d nombreuses énigmes, a laissé les archéologues perplexes. Les résultats de l’étude ont été publiés le 13 février dans la revue Antiquity.

Un rituel très complexe

Fredrik Hallgren, archéologue à la Fondation du patrimoine culturel à Västerås (en Suède), est le co-chercheur principal de l’étude.

« Ici, nous avons un exemple d’un rituel très complexe, qui est très structuré”, a déclaré Hallgren à Live Science. “Même si nous ne pouvons pas déchiffrer le sens du rituel, nous pouvons encore apprécier la complexité de celui-ci, de ces chasseurs-cueilleurs préhistoriques », a-t-il admis.

Tout indique qu’il y avait eu un carnage il y a huit-mille ans à cet endroit. Les archéologues ont d’ailleurs trouvé des bras et des jambes sectionnés dans le tombeau. De plus, l’autopsie a indiqué qu’il ne peut s’agir que du résultat de la violence entre les humains.

Le plus étonnant, c’est que les lésions crâniennes présentaient des signes de cicatrisation. « Quelqu’un leur a donné de l’amour et des soins après ce [traumatisme] et les a ramenés à la vie », a affirmé l’expert.

Une structure très énigmatique

Le site d’enfouissement intrigue également les chercheurs. En effet, dans l’Antiquité, cette zone était couverte d’un lac. « C’est une structure très énigmatique. Nous ne comprenons vraiment pas la raison pour laquelle ils l’ont fait et pourquoi ils l’ont mis sous l’eau », a souligné le chercheur.

Selon Hallgren, « les gens qui ont été déposés comme ça dans le lac, ils n’étaient pas des gens ordinaires, mais probablement des gens qui, après leur mort, avaient été choisis pour être inclus dans ce rituel à cause de qui ils étaient, choses qu’ils ont vécues dans la vie. » Il a avancé deux hypothèses. La première serait l’esclavage, ce qui est peu probable étant donné l’époque où l’événement se situe. La seconde serait une guerre les vainqueurs auraient procédé effectué le rituel pour rendre hommage aux vaincus.

Mots-clés archéologie