Des dizaines de machines à sous tombent en rade en plein DEF CON

Une convention annuelle de hacking a eu lieu ce weekend à Las Vegas, dans le Nevada. Le DEF CON réunit des acteurs de la sécurité informatique, mais également des journalistes, des avocats spécialisés. Dans le public, on aperçoit aussi des employés fédéraux, des juristes de la Maison-Blanche aux officiers traitants des agences de renseignements (CIA, contre-espionnage, NSA…) en passant par les analystes de l’US Army.

Aux environs de 2h du matin, des dizaines de machines à sous sont tombées simultanément en panne. Cela se passait au Linq, un casino se trouvant à quelques encablures de Caesars Palace, là où se tenait la convention de hackers.

C’est par hasard que Matt Anderson, un participant au DEF CON, a découvert le problème. Le patron du casino était selon lui « pris de panique. »

Une enquête est en cours

Beaucoup soupçonnent déjà qu’un ou des pirates auraient profité de la tenue de la convention hacker pour s’attaquer aux machines à sous. La direction du casino n’a pas souhaité commenter ces rumeurs. L’établissement a néanmoins fait savoir qu’une enquête était en cours pour déterminer la cause de cet incident, éventuellement pour savoir s’il y a réellement eu piratage et par qui.

Tant que les causes de l’incident ne sont pas connues, la tenue de la convention hacker est considérée comme une « coïncidence » et cela malgré le fait qu’elle avait lieu dans un établissement qui se trouve pratiquement dans la même rue que le casino.

Aucune preuve de cyberattaque pour le moment

De nombreuses personnes ont aujourd’hui une idée fausse de la convention hacker, plus connue sous le nom de DEF CON. Certains l’imaginent comme une réunion de professionnels de l’informatique, mais aussi de potentiels pirates capables de trouver des brèches dans les systèmes informatiques les plus sécurisés.

C’est en partie pour calme les rumeurs liées à cette idée fausse que le porte-parole du Linq a tenu à préciser qu’à l’heure actuelle, il n’existe pas encore de preuve d’une possible cyberattaque. Quand bien même ce serait le cas, les enquêteurs ne disposent encore d’aucun élément qui relierait l’incident à la tenue du DEF CON à quelques centaines de mètres du casino.