Des étoiles explosant dans le cosmos ont peut-être causé une extinction massive sur Terre

Grâce à une étude dirigée par Brian Fields, professeur d’astronomie à l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign, on en sait un peu plus sur l’extinction massive qui a décimé toutes les formes de vie à la fin du Dévonien, il y a 359 millions d’années. D’après l’équipe qu’il a dirigée, cette extinction massive aurait été causée par une explosion d’étoiles en supernova qui a eu lieu à environ 65 années-lumière de la Terre.

Cette explosion aurait provoqué une anomalie au niveau de la couche d’ozone, qui est censée protéger les formes de vie terrestre des rayonnements ultraviolets. Pour confirmer cette théorie, les chercheurs pensent qu’il faut partir à la recherche d’isotopes radioactifs dans les roches terrestres.

Crédits Pixabay

Cette étude a été publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

Une extinction massive qui s’est produite entre le Dévonien et le Carbonifère

De nombreux évènements peuvent expliquer l’épuisement de la couche d’ozone. Toutefois, les chercheurs privilégient uniquement la piste de l’explosion d’étoiles en raison de la période à laquelle a eu lieu cette extinction massive.

Ils ont souligné le fait qu’elle s’était déroulée entre le Dévonien et le Carbonifère.

« Les catastrophes terrestres telles que le volcanisme à grande échelle et le réchauffement climatique peuvent également détruire la couche d’ozone, mais elles ne coïncident pas avec la période de temps en question », lit-on.

Selon eux, la supernova qui est à l’origine de cette extinction est due « à des effondrements de noyau d’étoiles massives. »

À lire aussi : Nous avons observé la supernova la plus lumineuse de toute notre histoire

Des scientifiques à la recherche de plus de preuves

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs se sont appuyés sur des preuves récentes qui « indiquent que le dernier événement d’extinction a pu coïncider avec une chute spectaculaire de l’ozone stratosphérique, probablement en raison d’une élévation de la température mondiale. » Ces preuves ne sont toutefois pas suffisantes pour confirmer la théorie de l’explosion d’étoiles.

Actuellement, les scientifiques veulent mettre la main sur des traces d’isotopes radioactifs comme le plutonium 244 et le samarium 146 dans les roches et les fossiles qui datent du Dévonien.

« Ces isotopes n’apparaissent pas naturellement sur Terre, et le seul moyen pour eux d’arriver ici serait via des explosions cosmiques », a expliqué Zhenghai Liu, coauteur de l’étude.

L’un des objectifs de Brian Fields à travers cette étude est de prouver que « la vie sur Terre n’existe pas de façon isolée » et que « nous sommes citoyens d’un cosmos plus vaste » qui peut intervenir imperceptiblement ou férocement dans nos vies.

À lire aussi : Se rapprocher de la vitesse de la lumière en chevauchant des supernovas

Mots-clés étoilesterre