Des fraudeurs à la carte bancaire délestent 1,5 million d’euros à des milliers de clients d’une banque allemande

Si les incendies de la forêt amazonienne retiennent actuellement l’attention pour leur impact environnemental potentiel, et ce à l’échelle mondiale, on savait moins que le Brésil est également un haut lieu de la fraude à la carte bancaire.

Récemment, un groupe de criminels a utilisé des cartes bancaires EMV contrefaites pour soutirer de l’argent sur des terminaux disséminés sur le territoire brésilien, au préjudice d’environ 2000 clients de la banque allemande Oldenburgische Landesbank (OLB).

Crédits Pixabay

Un crime qui est loin d’être anodin. D’après les informations relayées par ZDNet, le montant total des sommes volées s’élève à quelque 1,5 million d’euros.

Des cartes bancaires EMV clonées mises en cause

Les fraudeurs n’ont pas utilisé un procédé révolutionnaire pour perpétrer leurs méfaits. Ils ont en effet utilisé des cartes de débit clonées de clients de la banque allemande OLB afin de procéder à l’encaissement des fonds illicites auprès de distributeurs automatiques situés au Brésil.

Néanmoins, cette opération à grande échelle a retenu l’attention des experts en sécurité du monde entier, car les cartes bancaires clonées sont des cartes MasterCard dotées de la technologie EMV réputée être plus sécurisée.

Les cartes EMV sont en effet pourvues d’une double sécurité à travers le microprocesseur intégré, et requièrent l’utilisation d’un code PIN par l’utilisateur.

La banque nie être victime d’une brèche de la sécurité

Selon Manuel Pintag, expert en cybersécurité, avec le Mexique, le Brésil est un pays où des groupes criminels sont capables de créer des cartes bancaires EMV. Pour lui, il n’est pas donc surprenant de voir se réaliser de telles attaques, le pays étant même pourvu de laboratoires qui y sont dédiés.

Pour réaliser leur forfait, les criminels ont dû copier la bande magnétique des cartes EMV légitimes au niveau des distributeurs ou des terminaux de paiement. Pour ce qui est du code PIN, ce dernier n’est pas toujours obligatoire pour encaisser un paiement, un PIN aléatoire pouvant être généré dans le système.

Pour le moment, la banque a remboursé les 2000 clients impactés, et comme MasterCard, continue de procéder aux investigations.

Toutefois, OLB a indiqué que toutes les cartes MasterCard concernées ont été bloquées et seront remplacées, tout en soulignant qu’elle n’a pas été victime de brèche de sécurité.

Mots-clés crime