Des hologrammes tactiles ?

La science, c’est super. Non, vraiment, on a beau dire mais ça peut être vachement ludique et sans elle, on n’aurait sans doute pas tous un iPhone dans notre poche aujourd’hui (hin hin hin). Et là, avec ces hologrammes tactiles, on peut dire qu’on a une bonne idée de ce que l’avenir nous réserve. Ouais, on aurait pu envoyer des gens vivre sur Mars, créer des robots super évolués ou encore guérir toutes les maladies mais on a préféré se mettre à bosser sur un moyen d’interagir avec des hologrammes. Et la présentation de ce machin en vidéo, c’est maintenant.



Les hologrammes, c’est trop cool. Et si vous ne me croyez pas, vous devriez mater Los Angeles 2013 avec Kurt Russell, une vraie tuerie qui date de 1996 mais qui retourne la tête quelque chose de bien. Ouais, et dans la même saga, on a aussi New York 1997 qui est vraiment pas mal (c’est le premier volume, faut bien les mater dans l’ordre pour comprendre l’histoire du film) et qui prouve bien que John Carpenter a toujours eu de grosses cojones.

Bon, mais ça, vous vous en foutez. Ouais parce que ce qui vous intéresse, c’est le fait qu’on puisse toucher des hologrammes et que ces derniers puissent… hum… nous provoquer des sensations. Bien sûr, vous direz sans doute que ce serait formidable, que ça pourrait révolutionner la médecine ou ce genre de conneries, mais tout le monde sait que vous pensez surtout aux nouvelles applications pornographiques qu’une telle invention pourrait déclencher. Bande de pervers, vous me dégoûtez !

Alors bon, je ne vais pas paraphraser la vidéo, d’ailleurs je n’ai pas compris grand chose aux explications (je devais dormir à ce moment-là) mais le fait que les mecs qui l’ont tourné ont vraiment eu l’air de s’éclater. Et que le résultat, sans être non plus une grosse tuerie, donne quand même une petite idée de ce qui nous attend.

Mots-clés Geekinsolitevidéo