Des législateurs cherchent à interdire TikTok et d’autres applications chinoises au Japon

Mercredi 29 juillet, TechCrunch nous rapporte qu’un groupe de législateurs japonais chercherait à restreindre l’utilisation de TikTok ainsi que d’autres applications chinoises dans le pays. Pour rappel, l’application mobile de réseautage et de partage de vidéo s’est déjà fait virer de l’Inde et les États-Unis réfléchissent également à en faire de même.

Le groupe audiovisuel public japonais NHK a rapporté initialement l’information. Apparemment, les législateurs japonais partagent la même appréhension que les responsables indiens et américains sur le fait que les données des utilisateurs nationaux risquent de tomber entre les mains du gouvernement chinois. De ce fait, les législateurs comptent demander au gouvernement l’interdiction de TikTok au Japon dès septembre.

Crédits Pixabay

Pour information, TikTok a toujours figuré parmi les meilleures applications de divertissement et s’est même classé à la cinquième place des applications les plus téléchargées au Japon, toutes catégories confondues, d’après les informations de la société de recherche App Annie.

Beaucoup de désinformations sur TikTok au Japon ?

TikTok a eu un franc succès au Japon, rapporte TechCrunch, l’entreprise ayant déployé de nombreux efforts pour attirer des personnalités célèbres comme Kinoshita Yukina, une personnalité de la télévision, afin d’amener d’autres utilisateurs influents dans ses rangs afin qu’à leur tour, ils influencent de plus en plus de fans à télécharger et utiliser le réseau social.

Un porte-parole de l’entreprise a expliqué à TechCrunch que les craintes du Japon autour du contrôle chinois sur la plateforme sont infondées en déclarant qu’ :

Il y a beaucoup de désinformations sur TikTok là-bas. TikTok a un PDG américain, un chef de la sécurité de l’information avec des décennies d’expérience dans l’industrie, l’armée américaine et les forces de l’ordre et une équipe américaine qui travaille avec diligence pour développer une infrastructure de sécurité de premier ordre. Quatre des cinq sièges du conseil de notre société mère sont contrôlés par certains des investisseurs mondiaux les plus respectés au monde.

Les législateurs japonais ont également WeChat dans le viseur

Mais il semblerait que cela ne suffise pas à rassurer le Japon car mis à part le projet d’interdire ou de restreindre TikTok sur le territoire, les législateurs en auraient aussi après d’autres applications chinoises comme le service de messagerie WeChat qui est pourtant essentiel aux entreprises japonaises en relation avec des sociétés chinoises.

En tout cas, si l’interdiction de TikTok en Inde a été un coup dur pour l’entreprise en raison de la rapidité de la croissance d’Internet dans le pays, perdre le Japon serait une autre perte cuisante.

Mots-clés japontiktok