Des marques destinées à faire fuir les sorcières et les mauvais esprits retrouvées sur une église anglaise médiévale

Parfois, avant le lancement d’un projet de construction, les sociétés font appel à des spécialistes en archéologie pour s’assurer qu’il n’y a pas d’architecture ou d’artefacts historiques dissimulés quelque part sur les lieux à rénover. Et il arrive que certains fassent des découvertes très intéressantes. 

En Angleterre par exemple, dans le village de Stoke Mandeville, des archéologues, engagés pour mener des fouilles dans le cadre d’un projet ferroviaire, ont découvert d’étranges sculptures et graffitis sur les murs d’une très vieille église abandonnée datant de l’époque médiévale.

Crédits Pixabay

Rapporté par le Smithsonian Mag, Michael Court, l’archéologue principal à HS2 Ltd (l’entreprise en charge du projet ferroviaire) a expliqué qu’il pourrait s’agir de « marques de sorcière ».

Des gravures vraiment intrigantes

Baptisée St. Mary’s, l’église médiévale a été construite vers 1070 en tant que chapelle privée, avant d’être rénovée 300 ans plus tard pour pouvoir accueillir davantage de croyants. L’église a ensuite été progressivement abandonnée vers 1866, puis démolie dans les années 1960.

Aujourd’hui, les archéologues ont découvert d’étranges lignes semblables aux rayons d’une roue avec un trou percé au centre et qui étaient gravées dans les vieilles pierres de St. Mary. Au début, Michael Court et ses collègues ont d’abord pensé que ces graffitis pourraient s’agir de cadrans solaires rudimentaires qui permettraient de signaler l’heure des prières du matin, midi et soir.

Mais finalement, après avoir étudié l’emplacement des étranges symboles, ils ont conclu qu’il pourrait au fait s’agir de marques de sorcière. Michael Court a expliqué que ces fameuses marques servent à « éloigner les mauvais esprits en les piégeant dans une ligne ou un labyrinthe sans fin. »

De nombreuses autres découvertes !

Pour Michael Court, la découverte de ces marques de sorcières offre un « aperçu fascinant du passé » mais aussi de « l’histoire du développement de l’église de St. Mary’s ». Les archéologues sont impatients de poursuivre les fouilles pour essayer de trouver d’autres vestiges historiques.

Ils ont d’ailleurs indiqué que ce n’est pas la première fois qu’ils découvrent d’étranges gravures au cours des fouilles effectuées sur d’autres sites dans le cadre du projet ferroviaire de HS2 Ltd.

Le site officiel du projet a indiqué que la future ligne ferroviaire comptait une soixantaine de sites archéologiques où ils ont mis à jour un squelette vieux de 4 000 ans et même un site de chasseurs-cueilleurs préhistoriques non loin de Londres.

La Fredzone est également sur Google Actualités, pensez à vous abonner à notre flux !

Mots-clés archéologie