Des mini cerveaux élevés en laboratoire ont développé des yeux

Le cerveau humain ne cesse de fasciner les scientifiques. Récemment, nous vous rapportions que votre cerveau ne fonctionne pas comme vous le pensez. Nous vous avons également rapporté l’effet inattendu de la natation sur le cerveau et quelles sont les 5 choses à ne pas faire si vous tenez à votre cerveau.

Malgré toutes ces informations, ce n’est pas pour autant que nous avons fait le tour du cerveau humain, loin de là. Justement, l’hôpital universitaire de Düsseldorf a récemment mené des recherches sur des versions miniatures de cerveau développées en laboratoire.

La rétine de l'œil humain
Crédits Pixabay

Elles proviennent de cellules de peau prélevées sur des donneurs adultes qui ont été reconverties en cellules souches et placées dans une culture qui imite l’environnement d’un cerveau en développement. Ces cellules ont ainsi formé à leur tour des cellules cérébrales.

Les chercheurs ont relevé des similitudes avec le développement des rétines des embryons

Les chercheurs ont obtenu un modèle cérébral tridimensionnel de la taille d’un petit pois, rapporte New Atlas. Plus précisément, les chercheurs sont parvenus à développer des organoïdes cérébraux complets disposant de coupes optiques. Ces dernières sont des structures de vision trouvées dans l’œil où le nerf optique rencontre la rétine.

Ces coupes optiques se sont développées à l’avant du mini-cerveau et ont donné à l’organoïde un visage saisissant. Plus encore, ces coupelles optiques seraient fonctionnelles. Elles contiendraient un large éventail de cellules rétiniennes. Ces dernières forment des réseaux neuronaux qui réagissent à la lumière et envoient des signaux dans le cerveau. On pourrait même voir le tissu cornéen et le cristallin.

Les chercheurs ont fabriqué 314 organoïdes cérébraux en utilisant des cellules souches provenant de quatre donneurs. Ils ont divisé ces organoïdes en 16 lots et 72% d’entre eux auraient formé des coupes optiques. Apparemment, les coupes optiques se seraient apparues au bout de 30 jours et auraient mûri en 50 jours. D’après les chercheurs, cela correspond au laps de temps où les embryons humains développent des rétines.

Ces organoïdes nous permettront d’en apprendre plus sur les interactions cerveau-œil

L’étude, parue dans Cell Stem Cell, révèle également que la technique est reproductible même si les scientifiques devront mener des travaux supplémentaires pour les maintenir viables plus longtemps. En tout cas, l’auteur principal de l’étude, Jay Gopalakrishnan, a déclaré que cette étude « met en évidence la capacité remarquable des organoïdes du cerveau à générer des structures sensorielles primitives sensibles à la lumière et hébergeant des types de cellules similaires à celles trouvées dans le corps ».

Il ajoute que « ces organoïdes peuvent aider à étudier les interactions cerveau-œil pendant le développement de l’embryon, modéliser les troubles rétiniens congénitaux et générer des types de cellules rétiniennes spécifiques au patient pour des tests de médicaments personnalisés et des thérapies de transplantation ».