Des nanoparticules contre le cancer du sein

Des chercheurs de l’Institut de Technologie Technion-Israel ont développé un nouveau traitement pour le cancer du sein. Le remède est basé sur des nanoparticules analgésiques qui ciblent le système nerveux. Le fait de cibler le système nerveux autour de la tumeur permet d’inhiber ainsi sa croissance et ses métastases, ce qui fait de cette nouvelle méthode une véritable innovation.

Des nanoparticules dans le flux sanguin

Les chercheurs ont découvert que les cellules cancéreuses stimulent l’infiltration des cellules nerveuses dans la tumeur. Ces cellules favorisent ensuite la prolifération, le développement et la migration des cellules cancéreuses. Autrement dit, les cellules cancéreuses et les cellules nerveuses travaillent en synergie. L’équipe a alors mis en place un mode opératoire afin de localiser la tumeur.

La découverte de ce nouveau traitement, basé sur les avancées en nanotechnologie, constitue vraisemblablement une lueur d’espoir aux femmes atteintes de cancer de seins.

Une inhibition significative des tumeurs et des métastases

Concrètement, les médecins injecteront des nanoparticules contenant une substance anesthésique dans la circulation sanguine. Une fois que ces microparticules atteindront la tumeur, elles s’accumuleront autour des cellules nerveuses et paralyseront les nerfs locaux. Elles empêcheront également la communication entre les cellules nerveuses et les cellules cancéreuses.

Par ailleurs, la méthode a été expérimentée sur des cultures de cellules cancéreuses et sur des souris. Les résultats de l’expérience ont montré une inhibition significative du développement des tumeurs ainsi que des métastases dans les poumons, dans le cerveau et dans la moelle osseuse.

Il convient de souligner que l’étude a été menée par le professeur Avi Schroeder, assisté par la doctorante en génie chimique Maya Kaduri.

Un mode opératoire sûr et efficace ?

Le professeur Schroeder articule ses recherches autour des traitements anticancéreux innovants, notamment pour le cancer du sein triple négatif agressif. Il encapsule des molécules de médicaments dans des nanoparticules qui transportent le médicament jusqu’à la tumeur et le libèrent à l’intérieur, sans endommager les tissus sains.

La doctorante Maya Kaduri a expliqué que les vaisseaux sanguins formés dans les tumeurs contiennent des trous de taille nanométrique permettant la pénétration des nanoparticules.

« Nous savons comment créer la taille exacte des particules nécessaires, ce qui est essentiel, car c’est la clé pour pénétrer dans la tumeur. Le fait qu’il s’agisse d’un traitement très ciblé et précis nous permet d’insérer des quantités importantes d’anesthésiant dans le corps, car il n’y a aucune crainte que cela nuise aux zones saines et vitales du système nerveux. »                                                                                                       

Maya Kaduri