Des hackers se vantent d’avoir piraté les caméras de surveillance de la capitale quelques jours avant l’inauguration de Trump

Les ransomwares des pirates font toujours autant de victimes et de dégâts. Pour preuve, The Verge a récemment rapporté une histoire parue dans le Wall Street Journal, qui relate les méfaits de deux pirates informatiques du nom d’Alexandru Isvanca et Eveline Cismaru, qui affirment avoir réussi à détourner les caméras de surveillance de la capitale quelques jours avant l’inauguration présidentielle de Donald Trump.

Loin de cacher leurs méfaits, les pirates déclarent même que « c’était facile » et vont jusqu’à dire que « les Américains sont stupides ». Le texte intégral, plein de rebondissements, raconte comment les deux pirates ont fait leur début dans l’escroquerie et comment ils ont fini par se faire attraper par les autorités.

Crédits Pixabay

Dans le texte, les pirates racontent comment ils ont réussi à s’infiltrer dans les ordinateurs de la police de Washington DC en utilisant des rançongiciels, ou ransomwares

C’est quoi déjà un ransomware ?

Pour ceux qui ne connaissent pas, le rançonlogiciel, également connu sous l’appellation ransomware est un logiciel d’extorsion, plus précisément, un logiciel malveillant qui capture les données personnelles.

Ces logiciels infectent directement l’ordinateur et font afficher des messages réclamant une rançon au propriétaire ou au possesseur de l’appareil pour que le système fonctionne de nouveau correctement.

Ils ont ainsi la capacité de rendre votre ordinateur inutilisable ou encore de verrouiller vos fichiers importants prédéfinis avec un mot de passe. Les pirates utilisant des ransomwares s’adonnent ainsi à une arnaque à la fois lucrative et criminelle et peuvent faire des victimes en envoyant simplement des liens trompeurs via un courriel, une messagerie instantanée ou un site Web et en attendant simplement qu’ils cliquent dessus.

Les pirates ne ciblaient pas spécialement la police de Washington

Fait surprenant, les pirates informatiques racontent qu’au début de leurs attaques, ils n’avaient pas le moins du monde l’intention de prendre le contrôle des caméras de police de Washington. Ils ont juste envoyé plusieurs centaines de milliers de courriers électroniques contenant des ransomwares à une liste d’adresses électroniques achetée sur le dark net.

Il se trouve qu’au moins une de ces adresses appartenait à la police de Washington. A la fin de l’attaque, les pirates avaient réussi à contrôler 126 ordinateurs sur les 186 ordinateurs de la police de Washington, qui contrôlaient à leur tour les caméras de surveillance.

Comment ces pirates se sont fait attraper ?

Les autorités ont découvert le pot aux roses à cause d’une erreur faite par les pirates. En effet, Cismaru avait passé commande chez Smokin’Gun BBQ avec le même ordinateur piraté de la police de Washington. Or, en passant cette commande, le numéro de suivi de la commande est apparu sur l’ordinateur de la police, permettant aux autorités de voir et de perquisitionner le colis.

Isvanca a également été peu vigilant puisqu’il a commandé une pizza via la même adresse électronique qu’il a utilisée pour pirater les ordinateurs. Malgré tout, on se demande si les pirates ont vraiment manqué de prudence ou s’ils ont fait exprès de se faire attraper pour se vanter de leur méfaits. Car, ce qui est sûr, c’est qu’ils ne s’en cachent pas.