Des plongeurs ont découvert un énorme œuf de calmar géant en visitant une épave de la Seconde Guerre Mondiale

Des plongeurs n’en croyaient pas leurs yeux quand ils sont tombés sur un œuf de calmar géant dans les eaux non loin d’Orsta, en Norvège. À l’origine, leur but était de visiter une épave de la Seconde Guerre mondiale, mais leur programme a un tout petit peu changé suite à la découverte.

Il est extrêmement rare de rencontrer des œufs de calmar géant dans les océans. Selon les plongeurs, celui qu’ils ont trouvé appartenait probablement à un individu à dix bras. Il s’agissait en fait d’un énorme sac transparent qui flottait à environ 17 mètres sous la surface.

Crédits Caters News Agency

La découverte a été filmée par Ronald Raasch, un des plongeurs.

Des milliers de bébés contenus dans un sac

En plongeant, l’équipe du navire de recherche REV Ocean ne s’attendait pas du tout à faire cette rare découverte. Raasch a déclaré qu’en tant que plongeur actif qui collecte souvent des observations de calmars et de poulpes, il n’avait eu aucun doute sur ce qu’il avait devant lui.

En analysant le sac transparent, Raasch et ses collègues ont découvert qu’il contenait des centaines de milliers de bébés calmars. « Cette boule transparente était l’une des rares choses stupéfiantes que j’ai vues ici. Nous avons immédiatement commencé à filmer et nous étions particulièrement satisfaits une fois sur le rivage » a déclaré Raasch.

L’homme a aussi ajouté que dans les eaux de la Norvège, il existe de nombreuses choses intéressantes pour ne citer que les coraux d’eau froide et les poissons que l’on rencontre habituellement à 200 mètres de profondeur, mais que l’on peut trouver à seulement 20 mètres de la surface dans ces eaux.

D’autres œufs dans les environs

Quand les plongeurs ont touché l’œuf, celui-ci avait la même consistance qu’une méduse. Ce n’est qu’en regardant de plus près qu’ils ont découvert qu’il contenait environ 200 000 petits calmars.

Selon Raasch, il est possible que d’autres œufs existent dans ces eaux. Seulement, le fait que les plongeurs nagent généralement au niveau du fond marin ou près de la surface diminue la probabilité de les rencontrer.

Quoi qu’il en soit, cette découverte renforce les connaissances sur cette espèce rare et contribuera à en apprendre davantage sur la reproduction de ces animaux.

Mots-clés animauxdécouverte