Des rotifères reviennent à la vie après 24 000 ans passés dans le permafrost sibérien

La nature ne cesse de nous réserver de grandes surprises. Et c’est justement ce que nous prouve une étude récemment publiée dans la revue Current Biology. Des scientifiques ont en effet mis la main sur des organismes pluricellulaires revenus à la vie après avoir été congelés durant 24 000 ans.

Il s’agit de Bdelloida, des organismes appartenant à la sous-classe de rotifères, que la glace sibérienne a emprisonnés depuis le Pléistocène. Bien évidemment, les chercheurs ont mené un tas d’expériences afin de mieux comprendre cette étonnante capacité.

Une photo montrant le permafrost
Crédits Pixabay

Notons que les experts savaient déjà que les rotifères pouvaient survivre à un arrêt du métabolisme, le phénomène est appelé cryptobiose ou abiose. Toutefois, jusqu’à présent, la communauté scientifique ignorait qu’ils pouvaient revenir à la vie après une cryptobiose qui a duré aussi longtemps.

D’ailleurs, même après cette étude, les experts ne savent toujours pas comment ces rotifères ont pu revenir à la vie après 24 000 longues années.

Cet organisme est resté inerte durant des millénaires, pour ensuite reprendre du service

Pour la précision, les chercheurs ont retrouvé ces incroyables organismes dans un échantillon de permafrost prélevé en Sibérie, à 3,5 mètres de profondeur dans le sol de la rivière Alazeya. La datation au radiocarbone a permis d’affirmer que le pergélisol récolté avait 24 000 ans. Ensuite, l’équipe de spécialistes a analysé les organismes qu’il renfermait.

Au grand étonnement de tous, les fameux rotifères du passé identifiés dans l’échantillon sont revenus à la vie après un très long repos imposé par les conditions de température de la Sibérie. Cela a émerveillé les chercheurs, qui ont décidé de les mettre à l’épreuve afin de les comparer à leurs congénères modernes.

Les scientifiques ont ainsi congelé ces deux catégories de rotifères, à une température inférieure à -15 °C, durant une semaine. En se penchant sur les survivants, ils ont remarqué que les rotifères du passé et ceux de notre époque avaient la même capacité de résistance face à ces conditions extrêmes.

Le retour à la vie après une telle cryptobiose laisse les chercheurs bouche bée

Selon Stas Malavin, de l’Institut des problèmes physico-chimiques et biologiques du sol de Pouchtchino (Russie), et ses compères, la survie des rotifères après une cryptobiose dépend du processus de cryogénisation. Plus ce dernier se fait en douceur, moins il y a de risques que les cristaux de glace mettent la vie des rotifères en péril.

Toutefois, les chercheurs n’arrivent toujours pas à expliquer comment ces organismes pluricellulaires ont fait pour sortir indemnes d’une cryptobiose qui a duré 24 millénaires. En tout cas, des études supplémentaires devront être menées afin d’élucider ce mystère.

Mots-clés biologiesurvie