Des salariés indélicats ont volé 900 téléphones chez Dassault Systèmes

Plusieurs hommes d’une trentaine d’années ont été mis en examen à Versailles cette semaine pour vol aggravé et recel. Ils sont accusés d’avoir volé et revendu pas moins de 900 téléphones à leur entreprise, Dassault Systèmes. Le montant du préjudice est évalué à environ 45 000 €. Ils ont avoué les faits et ils sont dans l’attente de leur jugement.

L’affaire s’est déroulée un peu plus tôt dans l’année. Dassault Systèmes avait prévu de remplacer sa flotte de smartphones et l’entreprise a donc entreposé les anciens téléphones des employés – des iPhone 6 – dans une salle de ses bureaux de Vélizy.

Vols iPhone 6

Des salariés de Dassault Systèmes ont volé 900 iPhone 6 à leur entreprise.

Mais voilà, ces fameux téléphones ont subitement disparu sans laisser de traces.

900 téléphones ont disparu sans laisser de trace

La direction de Dassault Systèmes a immédiatement porté plainte et la police a diligenté une enquête sur place. En étudiant la topologie des lieux, les inspecteurs ont supposé que le vol avait été commis avec une complicité interne et ils ont alors vérifié le système de sécurité, un système fonctionnant avec des badges.

Ils se sont rapidement rendus compte que trois employés étaient susceptibles de commettre le larcin et ils ont alors étudié leurs communications téléphoniques et leurs déplacements.

En croisant les données, les enquêteurs ont pu déterminer leur culpabilité et ils se sont aussi rendus compte que tous ces téléphones avaient été revendus au gérant d’une boutique de téléphonie située dans le 18ème arrondissement de la capitale.

Ils ont donc procédé mardi dernier à l’arrestation des trois salariés et du revendeur. Durant leur descente, ils ont retrouvé une partie des téléphones volés à Dassault Systèmes.

Les policiers ont retrouvé une partie des téléphones volés en procédant à l’arrestation des quatre hommes

Face à la situation, les employés sont rapidement passé aux aveux et ils ont reconnu leur culpabilité. Le revendeur, pour sa part, assure qu’il ignorait la véritable provenance de la marchandise.

En poussant plus loin leurs investigations, les enquêteurs se sont rendus compte que ces téléphones avaient été revendus 400 € pièce. Ils estiment ainsi le bénéfice du revendeur à un peu plus de 350 000 €. Fait intéressant, le dossier a été transmis au groupe d’intervention régional, un groupe spécialiste de la traque de l’économie souterraine.

Il faut dire aussi que le revendeur a un train de vie plutôt confortable. Peut-être même un peu trop compte tenu du chiffre d’affaires de sa boutique…

Mots-clés insolite