Des scientifiques ont cloné des singes pour la première fois

Après la brebis Dolly, le tour de Zhong Zhong et Hua Hua est arrivé. En quelques jours, la nouvelle s’est vite répandue et a fait le tour du monde. Des scientifiques chinois auraient réussi à cloner des singes. C’est la première fois que des primates non humains ont été clonés. L’expérience a été un succès dans la mesure où les deux primates ont la même séquence génétique.

Vingt ans après le premier animal cloné, l’on se rapproche un peu plus du clonage humain. Le procédé qui a permis de cloner ces macaques crabiers et le même que pour celui de Dolly la brebis en 1996. Une séquence d’ADN a été prélevée dans le noyau d’une cellule d’un autre primate pour être transférée dans les ovules.

singe

C’est la première fois qu’un singe a été cloné, bien qu’une vingtaine d’autres espèces aient déjà toutes été clonées. La communauté scientifique reste optimiste face à cette performance.

Une avancée face aux maladies génétiques

Cette avancée donne l’espoir de trouver des remèdes aux maladies génétiques. Comme les gènes des singes ont des similitudes avec celles de l’être humain, des essais cliniques pourront être réalisés sur les singes ayant les mêmes gènes à la place de l’homme. Selon l’équipe chinoise : « L’idée est de donner un coup d’accélérateur à l’identification des gènes et des processus génétiques à l’origine de ces maladies, pour mieux y remédier. »

Les chercheurs chinois Qiang Sun et Muming Poo qui ont pu réussir cette expérience sont tout aussi enthousiastes puisque la presse chinoise se réjouit de voir des scientifiques de l’Empire du Milieu être au centre de l’attention mondiale. Les médias locaux se demandent même si « La Chine serait-elle désormais à la pointe de la technique de clonage ? » 

Pour autant, cette situation fait des pessimistes. Certains scientifiques s’interrogent si la réussite de ce clonage ne va pas engendrer ce que l’humanité redoute, le clonage de l’homme.

Un problème d’éthique

Le professeur Griffin de l’université de Kent a indiqué aux médias, notamment à la BBC, que si la méthode est efficace, il est nécessaire de réglementer les limites dans lesquelles les expériences pourront être faites. Lorsqu’une méthode est testée sur les animaux, la mise en application sur l’homme reste l’ultime étape.

Le monde s’inquiète des dérives potentielles et en particulier de l’éventualité que les humains soient les prochains sur la liste de clonage. Selon Poo Muming, principal auteur de l’étude : « Cette technique pourrait en principe être appliquée à l’homme, les travaux de l’équipe portaient spécifiquement sur le clonage à des fins de recherche médicale. »

Mots-clés clonageinsolite