Des scientifiques ont identifié une espèce de scorpion préhistorique vieille de 437 millions d’années

Grâce à des études menées sur des fossiles découverts il y a de cela 30 ans, des scientifiques ont fait la découverte d’une espèce de scorpion vieille de 437 millions d’années. Cette espèce préhistorique (datant du Silurien) pouvait avoir la capacité de respirer sur terre comme sous l’eau, selon les suppositions des chercheurs après leurs recherches.

Baptisé Parioscorpio venator, cet animal disposait de systèmes circulatoire et respiratoire semblables à ceux des scorpions actuels, qui vivent exclusivement sur terre. Toutefois, ces systèmes en question fonctionnent comme ceux d’un crabe en fer à cheval, un animal principalement marin qui peut se promener sur terre durant de courts instants.

Crédits Pixabay

Publiées dans le magazine Scientific Reports, les études concernant cette espèce préhistorique de scorpion ont été menées par le professeur de sciences de la terre à l’Ohio State University, Loren Babcock, et son équipe. Selon les déclarations de cette dernière, ce scorpion préhistorique serait le plus vieil arachnide jamais connu.

Le plus ancien scorpion que l’histoire n’ait jamais connu jusqu’à présent

Babcock déclare que le Parioscorpio venator est le membre connu le plus ancien de la famille des arachnides. Ce professeur a aussi souligné le fait que cette espèce est « l’une des plus réussies de la Terre ».

La découverte et les études qui ont porté sur ce scorpion ont également permis d’identifier un mécanisme de transition d’une vie marine vers une vie terrestre chez cette espèce. Concernant cette transition, cette étude peut également être prise pour modèle pour l’étude d’autres types d’animaux, particulièrement chez les vertébrés.

Concernant sa taille, ses dimensions sont semblables à celles des scorpions actuels, car il mesure environ 2,5 cm de long. Toujours selon Babcock, ce détail montre un lieu évolutif très important entre cette espèce préhistorique et celles actuellement connues.

Des fossiles qui sont restés sur les étagères depuis plus de 3 décennies

Avant qu’Andrew Wendruff, professeur adjoint à l’Université Otterbein de Westerville et membre de l’équipe de doctorants de Babcock, ne décide d’examiner les fossiles en questions, ils étaient restés sans études depuis plus de 3 décennies.

Selon leurs déclarations, Babcock et Wendruff ont tout de suite su que ces fossiles étaient des scorpions. Cependant, ils ignoraient que ces fossiles allaient les éclairer à ce point sur l’évolution de l’espèce des arachnides.

Mots-clés paléontologie