Des scientifiques ont retrouvé des ossements qui pourraient appartenir à une femme dans un monastère réservé aux hommes

Dans le nord de la Grèce, une montagne surnommée « Holy mountain » a accueilli  de nombreux monastères chrétiens sur une durée  de presque 2 000 ans. Les femmes y ont toujours été interdites d’entrée. Une récente découverte faite par des scientifiques a cependant montré qu’une femme aurait pu vivre là-bas il y a longtemps.

Lors de la restauration du monastère de Pantokratoros qui se trouve sur le mont Athos, des archéologues ont trouvé des ossements humains dont certains étaient plus petits que les autres. Ainsi, certains experts ont déclaré qu’il s’agissait en fait d’ossements de femme.

Crédits Pixabay

Phaidon Hadjiantoniou, architecte, restaurateur et  chef du projet de fouilles, a déclaré que c’était la toute première découverte d’ossements féminins sur le mont Athos.

Une théorie prouvée par les mensurations

D’après un rapport de  The Guardian, les chercheurs ont découvert des ossements appartenant à  sept personnes ou plus dans la chapelle. Les ossements semblaient avoir été déplacés depuis d’autres tombes.

Selon l’anthropologue Laura Wynn-Antikas, il est possible que ces personnes aient été importantes pour que leurs ossements aient été placés dans un lieu de culte. La plupart des os trouvés appartenaient sans nul doute à des hommes sauf certains comme un sacrum, un tibia, ou encore un avant-bras dont la taille et la forme correspondaient mieux à celles d’une femme.

« Alors que les autres étaient plus robustes et appartenaient clairement à des hommes, ceux-ci avaient des mesures qui tombaient nettement dans la gamme d’une femme » a indiqué Wynn-Antikas.

Certains os isolés ne pouvaient cependant pas prouver que leur propriétaire était une femme.

Les femmes interdites dans les monastères

Selon les informations, environ 2 500 moines vivent sur le mont Athos et sont répartis dans 20 monastères. Les femmes, ainsi que les animaux domestiques femelles à l’exception des chats, ne sont pas autorisées à moins d’un demi-kilomètre de la côte du mont Athos.

Selon un rapport de la BBC en 2016, l’interdiction a été appliquée depuis le Xe siècle et a été promulguée pour que la Vierge Marie soit la seule présence féminine sur les lieux.

Les archives officielles ne citent la visite d’une femme sur la montagne que 12 fois seulement depuis l’an 382 apr. J.-C..

Pour déterminer si les ossements trouvés dans la chapelle appartiennent réellement à une femme, d’autres tests seront encore nécessaires. Actuellement, les ossements sont déjà en train d’être analysés  dans des laboratoires à Athènes.