Des substances toxiques découvertes dans de nouveaux sièges auto menacent la santé des enfants

C’est la loi qui l’exige un peu partout dans le monde, les enfants en bas âge doivent être placés dans des sièges auto. Il y va de leur sécurité, mais également de leur confort et pourtant, des études récentes ont révélé que les tout-petits sont en danger.

Des chercheurs de l’université d’Indiana ont découvert des produits hautement toxiques dans des sièges auto récemment testés.

Selon les scientifiques, 15 des 18 sièges auto testés entre janvier 2017 et février 2018 comportent des retardateurs de flamme et ils s’avèrent être toxiques pour les enfants. Le danger est réel puisque leur santé est directement menacée par ces substances.

De quoi s’agit-il vraiment ? Est-ce un autre coup marketing ? Faut-il prendre ces nouvelles au sérieux ? Les résultats des études apportent des éléments de réponses à ces questions.

La liste des substances toxiques découvertes

C’est le Dr Marta Venier qui a été à la tête de cette étude et c’est elle qui a déclaré que les nouveaux retardateurs de flamme avec lesquels les fabricants ont équipé leurs nouveaux sièges auto constituent un risque pour la santé des enfants en bas âge.

À l’issue des analyses, on a aussi relevé des phosphonates esters cycliques ainsi que des décabromodiphénuléthane dans certains modèles en plus desdits retardateurs de flammes. Pourtant, les fabricants pensaient bien faire en choisissant spécifiquement ces produits.

Les éventuels effets sur la santé des tout-petits

La situation est à prendre très au sérieux parce que le danger est réel pour les enfants. En respirant ces substances, ils risquent d’avoir les hormones troublées, surtout celles qui favorisent leur croissance. La vigilance doit être de rigueur.

Le décabromodiphényléthane est un perturbateur endocrinien dangereux, surtout pour les bébés. Les sièges autos testés en contiennent presque tous et pour le moment, on ne sait pas encore si les fabricants ont rectifié le tir ou pas. Des vérifications sont de mises parce qu’à ce stade, croire sur parole les fabricants relève de l’irresponsabilité.

Pour le moment, on ignore si les marques concernées ont modifié leurs sièges autos. Des mesures strictes et efficaces doivent être prises rapidement pour protéger les enfants de cette menace.