Les systèmes de reconnaissance faciale ont toujours du mal avec les masques

Selon les résultats d’une expérience menée par la société d’Intelligence Artificielle Kneron, de simples masques et photos sont suffisants pour induire en erreur certaines technologies de reconnaissance faciale. Le test de Kneron consistait à visiter des lieux publics et à tromper les systèmes de reconnaissance faciale pour autoriser l’accès ou le paiement.

Lors de l’expérience, l’équipe a testé plusieurs magasins qui se trouvent en Asie où la technologie est déjà assez répandue.

Crédits Pixabay

Le système employé par ces magasins est similaire à ce que certains aéroports utilisent pour reconnaître et valider l’identité d’une personne grâce à son visage, sans utiliser un code PIN ou l’empreinte digitale. D’autres essais ont aussi été effectués dans des aéroports comme celui de Schiphol, aux Pays-Bas.

Pour tromper les systèmes de reconnaissance faciale, l’équipe de Kneron a utilisé des masques 3D de très haute qualité, fabriqués par une société japonaise spécialisée.

Les masques arrivent à tromper le système

Lors des tests en Asie, Kneron a réussi à effectuer des achats en  trompant les systèmes de paiement AliPay et WeChat.

À l’aéroport de Schiphol, l’équipe a pu duper le capteur rien qu’avec une photo qui se trouvait sur un téléphone. La méthode a également fonctionné pour acheter des billets et embarquer à bord de trains au niveau de certaines gares ferroviaires de Chine.

Cette défaillance au niveau des systèmes de reconnaissance faciale au niveau des aéroports et des gares est assez inquiétante pour la sécurité publique, surtout en ce qui concerne le terrorisme. Le fait qu’il ait été facile pour l’équipe de Kneron de tromper WeChat et AliPay montre également qu’il est tout à fait possible pour les malfaiteurs de voler l’identité d’autres personnes.

Une mise à niveau de la technologie s’impose

Selon les explications, les tests avec les masques ont fonctionné, car le système de reconnaissance faciale avait déjà des données sur le visage représenté par le masque. Bien qu’il soit assez difficile de se procurer le même type de masque que Kneron a utilisé, l’entreprise a déclaré qu’il reste tout de même possible pour les fraudeurs d’utiliser la même technique pour usurper l’identité de personnes riches ou célèbres.

Pour le PDG de Kneron, Albert Liu, cette expérience montre que la technologie de reconnaissance faciale actuelle est encore inférieure à ce qu’elle devrait être et représente ainsi une menace pour la vie privée des utilisateurs. « La technologie est disponible pour résoudre ces problèmes, mais les entreprises n’ont pas fait de mise à niveau, elles prennent des raccourcis au détriment de la sécurité » a-t-il déclaré.

Si certains systèmes de reconnaissance faciale ont échoué au test de Kneron, d’autres technologies comme celle développée par Apple pour ses iPhones X ne peuvent cependant être trompées par la méthode des masques.