13 kilos de plastique – et quelques tongs – retrouvés dans l’estomac d’une baleine

Les experts qui ont réalisé l’examen d’un cachalot qui s’est échoué sur les côtes indonésiennes ne s’attendaient pas à retrouver 13 kilos de plastique dans le ventre du mammifère. Pour être plus précis, la baleine aurait ingurgité, au cours de son existence, 115 gobelets, 25 sacs et 4 bouteilles en plastiques. On y a aussi découvert des tongs en nylon et « quelques » 1 000 fragments de plastique broyés.

Ce sont les scientifiques au sein du parc national de Wakatobi qui ont procédé à l’examen du cachalot.

Les experts ont aussi pu compter sur le soutien des chercheurs du Fonds mondial pour la nature ou WWF. Pour l’heure, ils n’ont pas pu déterminer les causes exactes de la mort de la baleine.

Dwi Suprapti, expert au WWF, a affirmé : « Les faits que nous constatons sont vraiment affreux. »

Les déchets plastiques : un véritable poison pour les espèces marines

Il n’est malheureusement plus rare de retrouver une baleine décédée à cause de la consommation de déchets plastiques.

Dernièrement, un globicéphale s’est aussi échoué en Thaïlande. Il avait, dans son estomac, 80 sacs en plastique.

Face à ce fléau, l’Indonésie prône la réduction de l’utilisation du plastique. Mieux encore, de meilleurs programmes de gestion de déchets sont en cours de développement. De son côté, le ministère indonésien de l’environnement et des forêts a prévu un milliard de dollars par an pour réduire le recours au plastique.

Les déchets plastiques polluent les océans

Une étude publiée dans Environmental Health Perspectives a soulevé le problème des déchets plastiques qui polluent les océans. Selon les spécialistes, les Indonésiens rejettent 3,2 millions de tonnes de plastiques chaque année. Ce n’est donc pas un hasard si les baleines affectées s’échouent sur les côtes du pays.

Le plus gros pollueur est sans conteste la Chine à qui on doit les 27% de déchets plastiques dans le monde. En revanche, les États-Unis gèrent efficacement les déchets plastiques et peuvent compter sur des systèmes de recyclage performants. Néanmoins, le plastique affecte l’ensemble l’écosystème marin et ce n’est pas près de s’améliorer.

La faune marine est sérieusement touchée, car leurs habitats sont perturbés, voire empoisonnés par les 8,8 millions de tonnes de déchets qui s’y déversent tous les ans.