Des toiles d’araignées spatiales pour nettoyer l’orbite terrestre des déchets spatiaux

La Russie fait partie des plus grands pollueurs de l’espace. D’après une récente estimation de RS Components, ce pays serait à l’origine de 14 403 débris spatiaux qui gravitent autour de la Terre. Cela représente presque la moitié des déchets spatiaux qui se trouve dans l’espace.

La présence de ces débris représente un danger, comme le souligne Simon Coudé, chercheur associé à l’Observatoire stratosphérique pour l’astronomie infrarouge, développé conjointement par la NASA et l’Agence spatiale allemande.

« Si une pièce de 1 centimètre entre en collision avec un satellite ou même avec la Station spatiale internationale (ISS), ça peut être assez pour faire des dommages considérables. »

Crédits Pixabay

En Russie, une start-up a décidé de prendre ses responsabilités et de nettoyer l’espace des déchets spatiaux. Cette entreprise, baptisée StartRocket, projette d’utiliser des toiles d’araignées spatiales pour récupérer les débris présents dans l’espace.

Découvrez le Foam Debris Catcher

StartRocket est actuellement en train de développer un petit satellite autonome baptisé « Foam Debris Catcher » qui est capable de s’accrocher aux débris spatiaux. Au micro du site Space.com, le fondateur de la start-up russe, Vlad Sitnikov a comparé ce dispositif à une « toile d’araignée. »

Pour débarrasser l’espace de ces nombreux déchets spatiaux, le Foam Debris Catcher se servira d’une sorte de filet en mousse de polymères collant qui agrippera tous les débris qui se trouveront sur son passage. L’ingénieur chimiste Aleksei Fedorov, qui dirige le projet, a déclaré que StartRocket a fait des progrès dans la conception de la mousse qui sera utilisé par le Foam Debris Catcher. Toutefois, la formule de cette mousse doit encore être finalisée.

À lire aussi : Bientôt des hubs spatiaux dans l’orbite terrestre basse ?

Un lancement prévu à l’horizon 2023

Il faudra s’armer de patience avant de pouvoir découvrir les performances du Foam Debris Catcher. Comme l’ont souligné Vlad Sitnikov et Aleksei Fedorov, StartRocket doit encore effectuer de nombreux tests avant de pouvoir mettre son satellite en service.

Dans un premier temps, la start-up prévoit de tester la formule de la mousse en polymère qu’elle est en train de développer sur Terre. En 2022, StartRocket devrait envoyer un cubesat en orbite terrestre pour voir comment la mousse se comporte dans l’environnement spatial. Les travaux de StartRocket sont soutenus par la société Kaspersky.

« La solution développée par StartRocket est un exemple intéressant de la façon dont la technologie peut être utilisée pour réduire les débris spatiaux » a déclaré Andrew Winton, le vice-président de Kaspersky.

Si tout se passe bien, le lancement du premier Foam Debris Catcher se fera à l’horizon 2023.

À lire aussi : En Russie, une start-up veut mettre des pubs dans l’orbite terrestre

Mots-clés espace